quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Passe ton bac d'abord

30/10/1995 à 08h50

SKORECKI Louis

Arte, 22h25, film.

C'est une semaine Pialat sur Arte. Avant l'Enfance nue, vendredi, deux films différents ce soir: A nos amours (1982), qui rend Pialat enfin célèbre et révèle Sandrine Bonnaire, et Passe ton bac d'abord (1979), une chronique presque documentaire sur une bande de jeunes qui vivent leur vie avec une fureur désenchantée et une tristesse poétique.

Le film commence par un cours de philosophie vu sous l'angle d'un bureau plein de graffitis puis se continue au gymnase avec un entraînement de jeunes plus alanguis les uns que les autres. Élisabeth (Sabine Haudepin) passe au café avec un cornet de frites. Elle rejoint ses copains et drague vaguement Philippe (Philippe Marlaud) sous l'oeil critique de Patrick qui n'a pas de petite amie.

En quelques minutes, le décor est planté. Nous somme à Lens, dans ce no man's land du Nord des mineurs où l'avenir n'est pas gai et où les gens se tiennent les coudes pour ne pas flipper. Cette bande de jeunes dont l'accent rend quelquefois difficile la compréhension pensent davantage à draguer qu'à travailler, reculant au maximum l'âge des responsabilités et le passage à l'état d'adulte. On les voit aller à un match de foot pour passer le temps. L'une des filles de la bande se fiance avec un copain routier dans l'espoir de se marier le plus vite possible.

Élisabeth et Philippe font l'amour à la sauvette puis ils passent la soirée chez les parents d'Élisabeth. On fait enfin connaissance avec le prof de philo (Jean-François Adam), un grand dadais un peu triste qui fume des gauloises et lit Libé qu'il prête volontiers à ses élèves. On les voit écroulés, en train de fumer des joints, ce qui énerve les adultes. Un «vieux» drague une jeune ouvrière. Au mariage de la blonde et du camionneur, on danse et on drague.

Au cours d'une virée à Stella Plage, l'un des garçons réussit à séduire une jeune bourgeoise du coin et rentre avec son maillot de bains comme un trophée. On sent que tous ces jeunes sont des enfants d'ouvriers, effrayés à l'idée de mener la vie triste de leurs parents. La bourgeoise se promène sur la plage à cheval, pendant que notre bande se tient chaud sous une tente et dans une caravane. Élisabeth est enceinte. L'avenir est gris.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog