domingo, 23 de agosto de 2015

Pat Garrett and Billy the Kid

LOUIS SKORECKI 26 SEPTEMBRE 2003 À 01:08

CRITIQUE TCM, 20 h 45

Au milieu des années 60, quand il zonait dans Greenwich village avec l'ami Cottrell, les poches bourrées d'ampoules d'amphétamines, Dylan n'imaginait pas ce qu'il allait devenir, quelque chose comme la mémoire ambulante de la musique populaire américaine, une discothèque portative, un crooner tardif (écouter Sugar Baby dans la version définitive du 9 octobre 2001, à Central Point, dans l'Oregon, pour s'en convaincre). Dylan allait même devenir un acteur culte, et ça, c'était encore plus difficile à prévoir. Ses meilleurs amis (Fred Neil, en particulier) lui conseillaient de trouver au plus vite de vrais chanteurs pour ses chansons, au lieu de les interpréter lui-même de cette pauvre voix nasillarde, qu'il vieillissait comme il pouvait (mais il n'était pas Charlie Patton). S'il ne savait pas chanter, comment aurait-il pu imaginer qu'il saurait jouer ?

Au fait, Dylan joue-t-il vraiment dans Pat Garrett and Billy the Kid ? Il ferait plutôt figure de figurant vedette, à l'image du personnage d'Alias, inventé pour lui à la dernière minute par Peckinpah. Ce film informe se regarde sans déplaisir, ne serait-ce qu'à cause de la bande-son autiste de Dylan (le disque est meilleur que le film), une bande-son qu'on dirait bâtie sur les accords d'une vieille chanson de Freddie Fender, enregistrée dans une cantina perdue, du côté du Texas ou du Nouveau-Mexique. Question cinéma, mieux vaut regarder Coups de feu dans la sierra (TCM, 15 h 10), le deuxième film de Peckinpah, réalisé avec une placidité patiente, du temps où on le donnait pour l'un des meilleurs disciples de John Ford. Avec Joel McCrea et Randolph Scott en vieux couple de cow-boys fatigués, tout maigres dans leurs pyjamas de coton délavés, c'est l'un des derniers voyages au pays du cinéma perdu. Question cinéma, on peut aussi se procurer la version intégrale de Renaldo and Clara (dylanblues.espanet.com). Dylan à la mise en scène, c'est quand même autre chose que Peckinpah.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog