quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Section des disparus. Pierre Chenal.

Par Louis SKORECKI — 11 juillet 1996 à 08:23

Ciné Cinéfil. 22h10.

De son vrai nom Pierre Cohen, Pierre Chenal est né en 1903. Il fait ses débuts en 1933 en adaptant le Martyre de l'obèse d'Henri Béraud. L'année suivante, il porte à l'écran la Rue sans nom de Marcel Aymé. Il tourne ensuite de merveilleux petits films qui ont bien résisté à l'usure du temps, Crime et châtiment (1935), l'Alibi (1937) avec Louis Jouvet, Maurice Baquet, Eric Von Stroheim, la Maison du Maltais (1938) avec Viviane Romance, Dalio, Jouvet, Aimos, et le Dernier atout (1939), la toute première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois de James Cain avec Michel Simon, Corinne Luchaire et Fernand Gravey.

Quand la guerre éclate, Chenal émigre en Argentine où il tourne de bons petits polars nerveux, notemment Sangre Negra d'après Richard Wright. Ces films attendent tous d'être vus et réévalués. De retour en France, Chenal se remet à ce qu'il fait le mieux, le film policier, mais la qualité a sensiblement baissé.

Section des disparus (Seccion desaparecidos) est en 1956 un très bon film argentin de Pierre Chenal. Adapté d'un roman noir de David Goodis, l'oeuvre garde les qualités poisseuses et angoissantes du polar d'origine. L'action se passe dans les années cinquante à Buenos Aires. Juan Milford (Maurice Ronet) est un avocat marié à la terrible Mendy (Inda Ledesma) qui lui fait du chantage sur son passé pour l'empêcher de la quitter. C'est donc en secret que Juan rencontre la danseuse Diana Lander (Nicole Maurey) dont il est éperdument amoureux.

Juan met en scène sa fausse mort pour refaire sa vie avec Diana. Mendy va prévenir le commissaire Uribe (Ubaldo Martinez) de la disparition de Juan. Après avoir tenté d'assassiner son épouse, Juan supplie Diana de vivre avec lui. Elle refuse et prévient Mendy des intentions meurtrières de Juan. La dernière partie du film est magnifique et invraisemblable: blessée dans une lutte avec Juan, Mendy s'empoisonne pour faire condamner sa rivale à mort. Mais Uribe réussit à résoudre ce suicide maquillé.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog