sábado, 22 de agosto de 2015

Sogni d'Oro. Canal +, 22h15.

09/02/1998 à 19h18

SKORECKI Louis

Nanni Moretti a su faire de ses tourments d'homme et de cinéaste d'excellents scénarios à la fois autobiographiques et décalés qu'il filme avec un humour froid et rageur. Dans Sogni d'Oro, son chef-d'oeuvre le plus autobiographique et le plus délirant à la fois, il s'imagine en train de préparer un film sur la mère de Sigmund Freud, bien sûr parasité par ses rêves sur ce projet à l'évidence impossible. Cinéaste de la haine beaucoup plus que de l'amour (c'est pourquoi se filmer en prêtre dans La messe est finie relevait du coup de génie), Moretti montre ici au passage son face-à-face avec quelques admirateurs, cinéphiles ou militants, heureusement aussi méchants que lui, dans quel-ques débats de ciné-clubs absolument hilarants.

Mieux que Woody Allen, auquel il fait parfois penser, Nanni Moretti sait installer ses dramaturgies minimales et un rien brechtiennes avec un sens du gag presque hitchcockien. Sa vie se déroule, pour ses spectateurs privilégiés, comme autant d'épisodes d'un feuilleton à ne pas rater. Pour eux, qui ne sont pas familiers des personnages récurrents des soap operas ou des sitcoms, Moretti joue le rôle du héros auquel on s'identifie avec une sorte de recul à la fois tendre et méchant. C'est un intellectuel décalé, la star dérisoire de tous ceux que la télévision agace. Sans qu'on sache vraiment qu'il est à lui seul sa petite chaîne de télé dont il incarne tous les acteurs, du présentateur du journal à l'animateur de jeux, on perçoit confusément qu'il s'agit bien ici d'un cinéma médiatisé, relayé, un cinéma filmé pour reprendre la belle expression de Jean-Claude Biette. La véritable caméra invisible dont se sert Moretti pour se surprendre en état de rébellion contre ses propres fantasmes le trouve toujours consentant, prêt à étaler sa vie au grand jour romanesque. Là où Woody Allen joue la logique du feuilleton, Nanni Moretti emprunterait plutôt la voie royale de la série. C'est un flic qui enquête sur lui-même, sur le crime inaugural, sur la scène primitive. Pendant ce temps, sur le divan, un spectateur rêve.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog