quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

The Killer. Canal+, 22h20.

10/02/1997 à 21h49

SKORECKI Louis

Depuis ses débuts en 1973 auprès des frères Shaw avec The Young Dragons, John Woo, cinéaste chinois né à Canton en 1946 et émigré à Hong-kong dès 1950, jouit d'une réputation solide. Mis sur les rails par le dynamique Tsui Hark, Woo a réussi en une dizaine d'années à passer avec succès du film-karaté (Countdown to Kung Fu, 1975) aux aventures de gangsters néo-hollywoodiennes (le Syndicat du crime, 1986). C'est dans ce genre que The Killer le consacre internationalement en 1989. Il est alors au sommet de sa forme et deux autres films aussi bons suivront, Une balle dans la tête (1990) et Hard Boiled (1992), avant que Woo ne s'égare dans l'aventure américaine avec Jean-Claude Van Damme (Chasse à l'homme, 1993) puis John Travolta (Broken Arrow, 1995).

Si The Killer, résiste à l'usure du temps, c'est sans doute plus grâce à ses trésors d'homosexualité à peine bridée que grâce à ses prouesses chorégraphiques tant vantées. A partir d'un argument minimum (un tueur à gages cherche à faire retrouver la vue à une jeune fille), Woo lance deux pistes accessoires, l'amitié trahie entre le killer et son meilleur ami, et la fidélité quasi amoureuse entre ce killer et un flic hardi.

Démarrant par une flûte en bambou sur des images sulpiciennes de vierge saisie par une caméra tournoyant jusqu'à l'ivresse, Woo se permet d'écoeurants ralentis sur des chansons suraiguës, tout juste rachetées par un montage virtuose particulièrement bien «dansé». Ses fusillades excessives pré-Tarentino sont entrecoupées d'inserts flashbacks speedés, le tout culminant sur un harmonica-spaghetti très Sergio Leone. L'esthétique du Killer doit aussi beaucoup aux séries télé stylisées d'après-clips, Miami Vice ou Hong Kong Connection. Ce qui sauve le film du désastre mièvre, c'est la hardiesse d'un duel transformé en 69 érotique entre le killer et son flic, Mickey et Dumbo d'une symphonie homo particulièrement hard, qui contraste avec les amourettes musiquées Canton du sujet central.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog