quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Trois personnages et «Mon oncle d'Amérique»

10/04/1995 à 04h18

SKORECKI Louis

Trois personnages et «Mon oncle d'Amérique»

Alain Resnais est un drôle de cinéaste. Cousin lointain de la Nouvelle Vague qu'il précède de quelques années, il est à lui seul un courant minoritaire du cinéma français, fait de réalisme stylisé et de fantastique domestiqué. Influencé par le gothique et la bande dessinée, il a su mener à bout une oeuvre unique qui ne doit, en fin de compte, rien à personne.

En 1980, Alain Resnais surprend son public avec Mon oncle d'Amérique, un film de fiction étrange qui fait largement appel aux théories du professeur Henri Laborit. Resnais donne d'emblée une indication de la direction que prendra le film, quand il commence par un patchwork de voix entremêlées, celles des personnages qui vont composer les trois histoires croisées de Mon oncle d'Amérique.

Pourquoi raconter trois histoires en même temps? Sans doute pour leur ôter une part de leur force fictionnelle et en faire des éléments d'une démonstration plus vaste. Henri Laborit est d'ailleurs considéré comme un personnage à part entière, quelquefois filmé comme un acteur mais agissant le plus souvent de sa voix off. Laborit parle des plantes, tandis que Gérard Depardieu, Nicole Garcia et Roger Pierre entreprennent de raconter chacun leur généalogie propre.

Des bribes d'histoires sentimentales, de carrières brisées, d'enfance têtue, sont confrontées aux théories comportementales du professeur Laborit et des rats blancs illustrent le cheminement des personnages. Le film devient à la fois une farce (des personnages au masque de rat) et l'histoire mélodramatique de trois personnages qui souffrent dans leur chair et avancent comme ils peuvent dans leurs pauvres vies.

Rediffusions: vendredi 14 avril à 12h25 et la semaine prochaine.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog