terça-feira, 25 de agosto de 2015

Un fauteuil pour deux. France 2, 20h55.

31/03/1998 à 21h50

SKORECKI Louis

Le chef-d'oeuvre de John Landis, au fond, c'est Dream On, sa série cinéphilico-sexy, toujours rediffusée à chaud en VO sur Canal Jimmy le dimanche juste avant 20h30. On y lit sa soif de citations, sa mémoire idiote d'un cinéma crétin, sa libido sentimentale jamais éteinte (le côté jeune et contemporain de ce feuilleton serait plutôt le fait des deux autres créateurs, Martha Kaufman et David Crane, à l'imitation de leur Friends plus neutre et plus consensuel). Ce qui ne signifie pas que Landis n'a pas tourné quelques joyeux navets positifs comme Blues Bros , par amour touchant de la musique soul, ou Un fauteuil pour deux, joyeuse comédie sociale un rien anarchiste pour laquelle on avoue avoir un faible (comme d'ailleurs pour ses ancêtres, ces mélos utopiques d'un certain Frank Capra, prince de l'emphase et du discours). Ici, pour l'amour d'un Noir paillard (Eddie Murphy, époustouflant), Landis imagine que deux milliardaires avares décident pour un pari risible de remplacer un jeune yuppie par un clodo improbable" Le monde de John Landis, mélange d'outrances et de ringardises, fait aujourd'hui des émules. Godzilla meets the Stooges , Roger Corman et Peter Lorre, Vincent Price et Jayne Mansfield, WC Fields et Mae Waest, Ronald Reagan et Boris Karloff. Godzilla grossit démesurément pour les auteurs d'Independance Day, incapables d'y lire cette part de terreur enfantine anonyme. Les Stooges refont surface sur une chaîne bien câblée, Comédie. Bientôt, on fera aussi des remakes des films d'horreur de Roger Corman ou des comédies sexy avec Jayne Mansfield. Mars Attacks, déjà. John Landis n'a pas le talent visionnaire de Tim Burton, monstre chéri du cinéma B démultiplié, mais il ricane moins. Il a moins envie de monstres, de décalage, de second degré. Il aime la ringardise pour ce qu'elle est. C'est le fils de madame Carambar et de la poupée Barbie, l'oncle de King Kong, le sosie de Ben Turpin. Il nage avec les sirènes, insensible à l'appel du large. Flipper le dauphin l'attend, au loin. Il le sait.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog