domingo, 23 de agosto de 2015

Un flic

08/07/2002 à 00h20

Canal + jaune, 14 h 50.

SKORECKI Louis

Quoi qu'en disent les tenants de la politique des auteurs, qui semblent se reproduire comme des lapins, un dernier film est rarement un testament. Seul un enragé comme Rohmer peut tomber amoureux du Petit Théâtre de Jean Renoir, et tenir en si haute estime sa désuétude sentimentale. On ne voit guère que la deuxième génération de cinéphiles formée à l'école Douchet pour doter Family Plot (Hitchcock), ou Rio Lobo (Hawks) d'une quelconque plus-value testamentaire. Il arrive pourtant qu'un dernier film soit un grand film. C'est le cas de Parade (Tati), de Filming Othello (Welles), ou du Trou, l'effort ultime de Jacques Becker, salué au lendemain de sa mort dans un texte laconique et lyrique comme le chef-d'oeuvre qu'il était par Melville. Melville aimait le côté minéral du film, il y voyait le corps de Becker. Les métaux précieux, l'eau, le sel, en train de quitter le corps pour nourrir l'oeuvre. Ça vaut bien le linceul sur lequel des petits malins tardifs ont dessiné le corps du Christ ­ et que l'Eglise continue d'adorer comme un totem.

Becker, Melville : la filiation parle d'elle-même. Il arrive que le cinéma s'écrive à même le corps d'un cinéaste. On ne parle pas ici d'un vague sacrifice bergmano-tarkovskien, ou de ce corps saisi qui n'est que la dernière tentation des Scorsese d'une planète trop bien nourrie. L'art de Becker, l'art de Melville, ce n'est pas les mièvres images qu'il vise (comme si le cinéma était fait d'images, mon Dieu), c'est la vie même, ce qui reste de vie quand on enlève le superflu.

Rappelons qu'Un flic, le dernier Melville, chef-d'oeuvre pastel aux tons sourds et pédérastes (pas un film de folle tordue, un vrai film de pédé, glorieux, massif, amoureux), fut descendu en son temps par les écrivaillons de la critique, les Billard, les Siclier, tous ces petits épiciers de la sensation vraie, sans qu'aucun d'entre eux ne fasse jamais la moindre repentance. Delon y est sublime, tragique, éphémère. Pour le reste, Canal Plus ayant la bonne idée de programmer des Melville comme s'il en pleuvait (et surtout de rediffuser Un flic le 11 juillet), on y reviendra, en essayant d'être plus clair. On t'aime, Melville.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog