quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«Une histoire de vent», conte initiatique de Joris Ivens. Le vieil homme et le vent

02/05/1995 à 05h21

SKORECKI Louis

Pour beaucoup de spécialistes, Joris Ivens est depuis ses débuts en 1930 le plus grand documentariste du siècle. Diffusé ce soir sur Arte, son dernier film, tourné en 1989, s'appelle Une histoire de vent. Réalisé avec la complice d'Ivens, Marceline Loridan, c'est un conte initiatique en même temps qu'une autobiographie. Le générique explique et raconte. Le vieil homme qui est le héros de cette histoire est né à la fin du siècle dernier dans un pays où les hommes se sont toujours efforcés de dompter la mer et de maîtriser le vent. Il a traversé le vingtième siècle une caméra à la main, au milieu des tempêtes de l'histoire de notre temps. Au soir de sa vie, à 90 ans, ayant survécu aux guerres et aux luttes qu'il a filmées, le vieux cinéaste part pour la Chine. Il a mûri un projet insensé: capturer l'image invisible du vent.

Le bruit et l'image des ailes d'un moulin à vent rappellent l'enfance hollandaise du réalisateur. La clarinette basse de Michel Portal invente des souffles lyriques pour soutenir ces souvenirs. Joris Ivens est assis sur une chaise, au milieu d'un désert de sable. Il attend que le vent se lève.

Un vieux Chinois explique avec des gestes lents le secret du souffle tel que l'enseigne le tai-chi. Un homme singe bondit d'une image à l'autre Vieil asthmatique, Ivens utilise de la Ventoline pour retrouver sa respiration normale. Hospitalisé puis guéri, il continue à chercher le vent qu'une sorcière fera enfin lever. Ce film est un documentaire féérique sur la vie et la mort d'un poète qui se prend pour le cerf-volant de l'histoire.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog