segunda-feira, 7 de setembro de 2015

2001: l'Odyssée de l'espace. Paris Première, 22 h 30.

LOUIS SKORECKI 16 JUIN 1998 À 03:38

Film culte, cinéaste culte. A tort? A raison? Si cette anticipation stylisée signée Kubrick-Clarke souffre d'être comparée à la Planète des vampires, l'extraordinaire navet d'anticipation froidement stylisé de Mario Bava déniché il y a tout juste une semaine dans la case matinale de l'ami Dionnet sur Canal +, il n'en demeure pas moins un exemple du genre. Comme le dit Jacques Goimard: «2001 est le premier film depuis Intolérance qui soit à la fois une superproduction et un film expérimental.» Ajoutons que tous les films de Kubrick sont, à un degré ou à un autre, des films expérimentaux qui se rattachent plus aux canons esthétiques des maîtres de ce genre (Dulac, Vertov, Cocteau, Warhol, Deren, Dwoskin, Kirchhofer") qu'à une quelconque tradition narrative hollywoodienne. Ici, grâce aux effets spéciaux, spectaculaires pour l'époque, de Douglas Trumbull, Kubrick réussit un beau poème obscur et abstrait dont la postproduction ultra-secrète dura plus de deux ans (1966-1968).

Stanley Kubrick, maniériste ou pas? Se référer vivement aux articles éclairants de Jean-Pierre Oudart sur Barry Lindon ou Shining dans les Cahiers du cinéma pour en savoir plus. Ces textes froidement lacaniens et terroristes en étonneront plus d'un. Alors, Kubrick: classique, moderne, maniériste...? Pas maniéré en tout cas, plutôt un cinéaste courageux, qui travaille hors style, un peu à la manière de John Huston. Petit maître, donc, mais sympathique. Dommage qu'il faille passer par Michel Ciment (qualifié jadis de «bocal de formol» par un critique acerbe) pour en savoir plus sur ses projets ou ses états d'âme. Comme il a fait Lolita, il lui sera beaucoup pardonné. Le seul disciple apparent du cinéma glaciaire et traumatisé du Kubrick, période 2001, est évidemment David Lynch, cinéaste mineur dont les angoisses conceptuelles sont tout de même souvent d'une haute tenue poétique.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog