quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Arte, 20h40. «Muriel fait le désespoir de ses parents», de Philippe Faucon. Une amitié particulière.

Par Louis SKORECKI — 2 juin 1995 à 05:43

Arte, 20h40.

Depuis l'Amour et Sabine, on a constaté la naissance d'un jeune cinéaste, Philippe Faucon, qui semble avoir tiré les meilleures leçons du cinéma de Robert Bresson et d'Eric Rohmer qu'il adapte sur un mode léger et contemporain. Ses films racontent des histoires presque documentaires avec une vivacité de ton toujours remarquable.

Muriel fait le désespoir de ses parents est, comme Sabine, produit par Humbert Balsan pour la Sept/Arte, mais on peut dire que ce film court (1h19) aurait tout aussi bien pu figurer dans la série Tous les garçons et les filles de leur âge, tant la musique et la danse rythment le film du début à la fin.

Le personnage principal est joué par Catherine Klein: «C'est quelqu'un chez qui il y a de grandes possibilités de jeu, qui dépassent de beaucoup celles de son rôle dans Sabine», dit Philippe Faucon qui évoque ainsi la collaboration de Catherine Klein à l'écriture du scénario: «J'avais envie de tourner avec elle une histoire sur un autre ton. L'idée en est venue d'un épisode de sa vie qu'elle m'a raconté quand nous avons fait connaissance.» Muriel et Nora sont deux copines. Autant Muriel est renfermée, autant Nora, interprétée avec une grande fougue par Dominique Perrier, aime s'extérioriser. Un soir, elles ratent le dernier bus et Nora invite Muriel à dormir chez elle. On ne saura rien de cette nuit passée ensemble, mais, le lendemain, en visite chez sa mère (Marie Rivière), Muriel lui lance d'un ton serein et définitif: «Je préfère les filles aux garçons.» Cette confidence s'adresse aussi au spectateur qui suit, dès lors, la vie amoureuse de Muriel avec une autre attention.

A un concert de raï, Nora embrasse Muriel sur les lèvres puis se dégage en riant. Pour elle, il s'agit de «déconner», c'est tout, et de répondre à l'envie de Muriel. Avec un copain black, Fred (Serge Germany), elles décident de partir à la mer. C'est un trio joyeux, ludique, dans lequel les passions se transforment en une sorte de flirt perpétuel. Il faudra longtemps avant que Muriel n'avoue à Nora qu'elle a envie de faire l'amour avec elle. Mais celle-ci préfère les caresses de Fred et l'escapade au bord de mer tournera court...

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog