segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Aux yeux du monde. Paris Première, 21heures.

LOUIS SKORECKI 10 JANVIER 2000 À 22:03

Enfance du cinéma, jeux de rôles, immortalité. Après l'éternité enfantine de Kurosawa et la dernière apparition ratée des Power Rangers, après les rêveries/Disney et les enfants autistes de Cassavetes, le cinéma fait un retour inattendu. Cinéma de l'enfance, enfance du cinéma, un sujet comme un autre, pas plus con qu'un autre, pour commencer vraiment un millénaire qui ne commencera que dans un an: sur M6 (20h50), l'immortalité gamine de Highlander, le glandeur bédé à l'épée Wilkinson, presque reléguée au rang de jeu vidéo, de série fauchée, une manière de Mortal Kombat avant la lettre, à peine moins bête, à peine moins réjouissante. Sur Ciné Classics (00 h 00), Jean-Pierre Cassel, Claude Brasseur, Claude Rich, étonnants en jeunes adultes résistants qui jouent à la guerre pour un vieux gamin du nom de Jean Renoir, dans l'un de ses plus beaux films, le Caporal épinglé. Avec en bonus Jean Carmet, épatant en paysan grognon qui regrette ses vaches plutôt que sa femme infidèle, et Guy Bedos, pour une fois presque attachant. Sur Ciné Classics aussi, belle semaine décidément, un beau jeune homme en blanc, enfant prodige du cinéma, qui s'appelle déjà Orson Welles, s'imagine en séducteur presque mince dans un thriller idéalement égocentré et régressif, la Dame de Shanghai, qu'on détaillera après-demain. Et pour boucler cette soirée «jeux de l'enfance», les deux délires adolescents du jeune Rochant: Aux yeux du monde et Un monde sans pitié (22 h 35, même chaîne), des histoires de vieux teenagers qui s'étourdissent de gros mots. Les deux films de ce soir ne sont pas ses meilleurs. Un monde sans pitié vaut surtout pour la langueur, une sorte de paresse cynique, de détachement meurtri, davantage que pour les borborygmes qui lui donnèrent un peu vite des allures d'étendard générationnel. Aux yeux du monde, qui se regarde mollement, sans piquer les yeux, raconte un détournement d'autocar par un jeune homme exalté qui veut exister «aux yeux du monde» et de sa petite amie. Plus sentimental qu'intello, Rochant brise deux «interdits» sans même prendre le temps d'y réfléchir: filmer les enfants, filmer la «folie». Comment lui en vouloir?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog