quarta-feira, 2 de setembro de 2015

C'est la fête au harem

LOUIS SKORECKI 24 AOÛT 2002 À 00:44

TCM, samedi 19 h 30 et lundi 15 h 40.

On célébrait il y a huit jours les vingt-cinq ans de la mort d'Elvis. Ne pas parler de disparition, Elvis n'arrêtant pas d'apparaître : dans tel remix marchand, telle foire de sosies, telle ressortie DVD, et jusqu'au superbe coffret rétrospectif d'inédits et de prises alternatives qui ont gardé toute leur fraîcheur, puisqu'on les entend pour la première fois (Today, Tomorrow, and Forever, BMG). Pourquoi ne pas célébrer C'est la fête au Harem (Harum Scarum, 1965), un Presley oublié dans lequel il se déguise ­ tout arrive à Las Vegas ou à Hollywood ­ en arabe ? Elvis entre Ben Laden et Arafat, torchon encordé sur la tête, toujours en avance d'une mode. En musique, il a bien inventé le terrorisme, non ?

On n'a pas choisi par hasard de commencer la saison par un film de Presley. On ne s'intéresse pas ici, on l'aura peut-être compris, au cinéma ­ passion fugace, passion mortelle, passion enfuie ­ mais à la musique. La musique ne cesse et ne cessera jamais d'apparaître, des années après que le cinéma, le cinéma en tant qu'il n'est qu'un tour de magie, aura cessé d'en être capable. Le cinéma est par nature volatil, la musique est ce par quoi la vie s'imagine possible. La musique est par essence scandaleuse, c'est un scandale sans cesse recommencé. Dans ce qu'elle a de populaire, de vulgaire, d'indispensable ­ Presley, par exemple ­, elle ne cesse de se représenter, elle ne cesse d'apparaître. Miracle de Sinatra, de Bécaud, de Billie Holiday, éblouissement fondateur de ce qui secoue un jour ou l'autre l'âme ­ Frida Boccara, André Claveau, Dalida, Emmett Miller, Charlie Feathers, Charlie Rich, Skip James, Charlie Patton, Pierre Pinchik, Rosa Eskenaki, Lee Wiley, Sylvia Sims, Hadj El Anka, sans oublier les dynasties entières de Dagar ou de Carter Family qui dorment dans les archives de la radio indienne, du Smithsonian Institute, de la Library of Congress. Presley est synonyme de musique : apparition à répétition, éblouissement fondateur. Il est là, il est inexplicable. Suffit d'écouter.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog