quarta-feira, 2 de setembro de 2015

Choses secrètes

LOUIS SKORECKI 4 NOVEMBRE 2004 À 02:51

Cinécinéma auteur, 21 heures.

On disait quoi, déjà ? Que le jeune Godard avait essayé de trancher dans le lard du vieux cinéma, au moment même où son ami Truffaut s'efforçait de se réconcilier avec la vieille vague qu'il avait dénoncée à cor et à cri. Dans les éditions de ses oeuvres écrites, François Truffaut, en bon révisionniste, avait regretté ce trop-plein de dénonciations, il avait barré des noms. Qui avait raison, le jeune Truffaut, ou le vieux Truffaut ? Disons que les adjectifs parlent pour eux-mêmes. Quel rapport avec Jean-Claude Brisseau, qui n'est ni excessif, comme le critique Truffaut, ni tranchant comme le jeune Godard ? Disons que c'est son regard sur la nouvelle vague. Pas si nouvelle que ça, soit dit en passant. Aujourd'hui, on compte les survivants. Rouch ? Mort. Astruc, Truffaut, Demy, Pollet ? Morts. Rohmer, Rivette, Rozier, Godard ? Plus très jeunes, plus très frais. Même leur cinéma prend des rides. Seul Chabrol fait encore illusion avec ses pauvres tours de passe-passe en prime time.

Et Brisseau, alors ? Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a jamais fait semblant d'aimer cette nouvelle vague qu'il a été longtemps interdit de critiquer, et qui est maintenant en voie d'institutionnalisation. Brisseau est connu sur la place de Paris pour ne pas savoir fermer sa gueule, surtout au moment où il le faudrait, pour qui tiendrait à entrer dans le clan des initiés du cinéma français, ce qui n'est vraiment pas son cas. C'est un cas, Brisseau. Amour excessif de la vérité et du cinéma, tout ensemble, ça fait des ravages. Disons que Brisseau, c'est un peu Pialat en plus jeune. On parle ici de paranoïa, de grande paranoïa. Là où il y a parano (celle qui fait dire par exemple à Pialat et à Brisseau que la nouvelle vague a cassé l'outil-cinéma), il y a aussi vérité, prédication, prophétisme. ça voudrait dire que la nouvelle vague a brisé l'élan du cinéma ? Vous n'y êtes pas. Mais pas du tout.

(A suivre)

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog