quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 19h05. Secret de femme.

Par Louis SKORECKI — 5 mars 1996 à 03:10

Ciné Cinéfil. 19h05. Secret de femme.

Nicholas Ray a mis du temps avant de se forger un vrai style. Cinéaste à la fois lyrique et baroque, il a su réaliser des oeuvres aussi complexes que Johnny Guitar (western) ou Derrière le miroir (drame psychologique). Mais, en 1949, quand il signe son premier film, Secret de femme (A Woman's Secret), il n'a pas encore su se construire un univers personnel, et on navigue entre le mélodrame policier et le drame contemporain, sans jamais vraiment évaluer les enjeux fictionnels de l'intrigue. Un film inégal, dans lequel la mise en scène très élaborée tourne à vide.

Un chef d'orchestre dirige ses musiciens pour une émission de radio. Une jeune chanteuse, Estrellita (Gloria Grahame), chante une jolie ballade que Marian Washburn (Maureen O'Hara) écoute chez elle. Puis les deux femmes se rencontrent et se disputent au sujet d'un homme qu'on ne connaît pas encore. On entend un coup de feu. Marian appelle le docteur Ferris, qui vient examiner Estrellita. Elle est encore vivante, mais il faut l'hospitaliser de toute urgence. Marian avoue à l'inspecteur Fowles (Jay C. Flippen) que c'est elle qui a tiré sur Estrellita. On l'embarque au poste.

Pendant ce temps, Luke Jordan (Melvyn Douglas) répond à des questions musicales pour un jeu radiophonique. Il est compositeur et pianiste, et c'est l'amant de Marian, qui lui téléphone pour qu'il vienne la rejoindre. Luke emmène avec lui Brooke Mathews (Victor Jory), un avocat qui a demandé la main de Susan (le vrai prénom d'Estrellita).

Un premier flash-back montre Marian qui se dispute avec Estrellita, car cette dernière veut arrêter son métier de chanteuse. Marian tire. Estrellita s'écroule. Nous verrons par la suite que cette version n'est pas la vérité. Luke Jordan raconte à l'inspecteur Fowles l'histoire des deux femmes. Un deuxième flash-back succède au premier. Marian était chanteuse. Un jour, elle perd la voix. Sa rencontre avec Susan est providentielle. Elle projette sur la jeune femme ses désirs de chanter et Susan devient vite Estrellita, la vedette.

A coups de flash-back successifs, on apprend la frivolité d'Estrellita, et on comprend que Marian n'a tiré sur elle que par accident, lors d'une dispute. Marian est alors libre d'épouser Luke et de vivre heureuse.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog