quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 19h10. Menaces. Edmond T. Gréville.

LOUIS SKORECKI 7 JUIN 1996 À 07:13

Cela fait presque quarante ans que quelques cinéphiles fiévreux ont imposé le nom d'Edmond T.Gréville comme celui du plus maudit des réalisateurs français. Né en 1906 dans une famille protestante, Edmond T.Gréville tourne entre 1931 et 1964, aux quatre coins du monde, des films singuliers et attachants. Il a même signé Veertig Jaren, un documentaire sur la reine de Hollande. Ce sont ses films français qui laissent un meilleur souvenir, en particulier Remous, le Diable souffle et le Port du désir. Il réussit à y recréer des atmosphères lourdes et angoissantes, pleines d'érotisme. Il suffit de comparer sa version des Mains d'Orlac avec celles de Wiene et de Freund pour se rendre compte de l'aspect équivoque, presque sordide, que Gréville savait introduire dans ses oeuvres.

Menaces est en 1939 l'un des films les plus célèbres de Gréville. Un carton nous rappelle que le film fut interdit et brûlé par les autorités allemandes et que ses auteurs furent traqués par la Gestapo. Le film fut sauvé par miracle après la libération de Paris. L'action se situe en septembre 1938, quelques jours avant les accords de Munich. La scène se passe dans un petit hôtel parisien dont nous découvrons, un à un, les occupants. Mademoiselle Denise (Mireille Balin) veut remettre un cadeau au pauvre monsieur Hoffman, un réfugié autrichien que joue Eric Von Stroheim. C'est un médecin défiguré dont la moitié du visage est recouverte d'une étoffe noire. Dans ce rôle inquiétant, Stroheim est admirable de simplicité et d'authenticité.

La frivole Ginette (Ginette Leclerc) s'attarde dans son bain avant d'aller retrouver son amant. Au milieu des rumeurs de guerre, chacun vaque à ses occupations: Denise est vendeuse, le docteur Hoffman soigne un chien dans le secret de sa chambre. Dick Stone, le fiancé anglais de Denise, passe en vitesse à Paris avant d'être mobilisé.

Un autre client de l'hôtel, Louis, aime Denise en secret: il lui avoue son amour et elle découvre des dizaines de portraits d'elle qu'il a exécutés.

Tandis que la guerre éclate, les couples se font et se défont au rythme des canons. Pour Denise et Dick, le bonheur est au bout du chemin.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog