quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 20h30. Antoine et Antoinette.

Par Louis SKORECKI — 4 juillet 1996 à 08:40

Ciné Cinéfil. 20h30. Antoine et Antoinette.

Assistant de Jean Renoir de Boudu sauvé des eaux à la Marseilleise, Jacques Becker apprend là mieux que dans toute école son métier de cinéaste. Né en 1906, il attendra 1942 pour tourner Dernier Atout, son premier long métrage. Ce n'est encore qu'un film policier, fortement influencé par les séries noires américaines. Mais Becker va élaborer très vite ensuite, en deux films seulement, un ton tout à fait unique: Goupi Mains Rouges est un film paysan et fantastique à la fois, Falbalas est une évocation réaliste du monde de la mode. Ses films seront toujours partagés entre un naturalisme précis et un arrière-plan documentaire tout aussi précis. Rendez-Vous de Juillet ou Edouard et Caroline reflètent mieux que tout autre film l'époque où ils ont été tournés. Casque d'or est le chef d'oeuvre que l'on connaît et le Trou, oeuvre ultime et amère d'un metteur en scène qui se meurt, termine en 1960 en beauté un itinéraire encore trop méconnu aujourd'hui.

Antoine et Antoinette est en 1947 la plus belle description de l'univers parisien d'après-guerrre vu à travers les yeux d'un couple sympathique. Roger Pigault (qui fera plus tard lui même une carrière de cinéaste) interprète Antoine Moulin, un ouvrier typographe dans une imprimerie. Il ramène régulièrement à sa femme des livres qui sont un peu ratés techniquement et qu'elle prête à ses copines. Claire Maffei, une jeune actrice inconnue, joue le rôle d'Antoinette Moulin.

Après avoir assisté au travail d'Antoinette qui fait passer des Photomaton à des clients, on voit Antoine qui découpe du papier. Images documentaires et précieuses, qui introduisent au drame. C'est d'abord les manoeuvres de l'épicier Roland (Noël Roquevert) qui drague férocement la jolie Antoinette. Mais c'est surtout l'histoire haletante d'un billet de loterie gagnant (le gros lot) qu'Antoine perd dans le métro. Antoine et Antoinette avaient déjà prévu ce qu'ils feraient avec ces bienvenus 800.000 francs et la perte du billet est comme un voile noir qui s'abat sur leurs vies. Mais...

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog