quinta-feira, 10 de setembro de 2015

CINÉ CINÉMAS, 10H25. «Gros Plans». Huis clos à Hollywood.

26/05/1995 à 04h43

SKORECKI Louis

Les films qui se passent à Hollywood au début du parlant sont peu nombreux. C'est une des raisons pour lesquelles on s'attache à Gros Plans (Inserts), une curieuse fiction réalisée par John Byrum en 1976, qui nous fait pénétrer dans les milieux du cinéma par le biais d'un huis clos.

Tout se passe, en effet, dans l'appartement de Boy Wonder, un metteur en scène de génie ruiné par l'arrivée du parlant. Il tourne des films pornographiques dans son appartement transformé en studio. Pour jouer ce petit génie fantasque, Byrum a fait appel à Richard Dreyfuss, qui est parfait de lascivité et de veulerie. Tout au long du film, on parle d'un petit jeune qui essaye désespérément de voir Boy Wonder pour tourner avec lui. Il s'appelle Clark Gable, mais Boy Wonder n'ouvrant jamais sa porte, jamais nous ne verrons à l'image le jeune Clark Gable.

Boy Wonder tourne avec son égérie, une actrice droguée qui s'appelle Harlene (Veronica Cartwright). On pense bien sûr à Josef von Sternberg et Marlène. Sur un ton à mi-chemin entre pastiche et reconstitution sérieuse, Byrum montre les scènes d'amour entre Harlene et le jeune premier, Rex the Wonder Dog (Stephen Davies), dont le modèle est peut-être Valentino.

Quand Harlene succombe à une overdose, Boy Wonder décide de filmer Cathy Cake (Jessica Harper), la fiancée de son producteur, Big Mac (Bob Hoskins). Plus le film avance, plus il délire, Cathy Cake s'étant mise en tête de réveiller la virilité assoupie de Boy Wonder...

Rediffusions: vendredi 26, à 10h25, et la semaine prochaine.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog