quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinémas, 21h55. Elle et lui.

18/12/1995 à 11h11

SKORECKI Louis

Leo McCarey est peut-être le plus méconnu des grands cinéastes hollywoodiens. Il commence sa carrière au temps du muet, en faisant jouer pour la première fois Stan Laurel avec Oliver Hardy. Il nous reste de cette époque des chefs d'oeuvre de comique brut comme Putting Pants on Philip. L'idée même, incongrue et contrastée, de faire jouer ensemble le maigre Laurel et le gros Hardy est d'ailleurs une idée, mieux un thème cher à McCarey qui n'hésitera pas, durant toute sa carrière, de recourir aux dissemblances et aux hiatus.

McCarey réalise le plus beau film des Marx Brothers, la Soupe au canards (Duck Soup) et se lance ensuite dans une carrière fertile où abondent les comédies dramatiques les plus éblouissantes. Elle et lui (An Affair to Remember) est en 1957 son plus beau film et peut-être le mélodrame le plus parfait de l'histoire du cinéma. Le titre américain est en référence à Love Affair, une première version du même scénario réalisée par McCarey lui-même avec Charles Boyer et Irene Dunne.

C'est par des émissions de radio qu'on apprend le mariage de Nicky Ferrante (Cary Grant) avec la richissime Louise Clark. Nicky est un gigolo international qui a décidé de mettre fin à sa carrière de séducteur. Il rentre à New York par bateau, ce qui lui permet de rencontrer une adorable rousse, Terry McKay (Deborah Kerr). Sans que rien ne soit dit, on sent vite que l'amour naît entre ces deux êtres qui ont chacun quelqu'un qui les attend en Amérique. Ils essayent de ne plus se voir mais se retrouvent assis dos à dos dans une scène hilarante où les dîneurs du bateau les regardent sans qu'ils comprennent pourquoi.

A Villefranche, lors d'une escale, Nicky présente sa grand mère à Terry. C'est une séquence sur le bonheur de vieillir dans un lieu paradisiaque et une drôle d'amitié naît instantanément entre Terry et Janou, la grand mère de Nicky. Bientôt il faut repartir et chacun des deux amoureux se donne six mois pour réussir à être indépendant. Rendez-vous en haut de l'Empire State Building.

Toute la dernière partie du film, est filmé avec une pudeur et un génie sans égal. Et il n'est pas interdit de pleurer.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog