segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Contes cruels de la jeunesse

LOUIS SKORECKI 17 AVRIL 2002 À 23:03

Quand je cogne, là, juste en dessous de tes lèvres groseille, tu aimes ? Tu pleures ? Tu jouis ? Tu ne sais plus ? On est deux, ma chérie, avec la mer pour seul horizon. Je suis celui par lequel tu ne sais plus rien. Tu es celle par laquelle j'oublie qui je suis. Comme tous les films d'Oshima, Contes cruels de la jeunesse commence et finit dans la souffrance délicieuse d'une corrida d'amour. Le masochisme, tu connais, petite ? Ce ne serait pas quand on se fait du bien en faisant mal, des fois ? Non, ça c'est le sadisme, mon enfant. Quand j'enfonce mes ongles dans ta chair étonnée, c'est du sadisme. Et le masochisme, alors ? C'est presque pareil. S'il t'arrive de te faire du bien en te faisant du mal, sur le chemin de l'école ou de l'extase, tu as fait la moitié du chemin.

Le masochiste, c'est celui qui accepte de l'autre ce que d'autres n'acceptent que de Dieu. Tu veux dire que quand tu me prends comme figurante, je dois en plus te lécher les couilles pour te montrer que je suis heureuse ? Quand tu me lèches les couilles, petite, tu es heureuse. Fais moins de bruit avec ta bouche, si tu peux. Si, si, tu peux.

1960. Un garçon Cinémascope joue avec une fille Technicolor. Il joue avec ses nerfs, il joue avec la mer. Elle l'aime, elle. Elle ne sait pas nager. Pas encore. D'une branche distante, il l'écarte. S'il noyait sa Juliette, là, personne n'y trouverait à redire. Les sauts dans l'eau, Roméo connaît. Quelques mois plus tôt, à Paris, le jeune Godard cadrait Belmondo comme si sa vie en dépendait. Il cadrait de loin, comme tous les timides. Oshima n'a pas de telles politesses. Il se plante au plus près de ses personnages. Plus près, plus loin, on dira que c'est pareil. Mine de rien, c'est pareil. Oshima filme si vite que le moindre mouvement, la moindre caresse, paraissent ralentis. Stroboscopie sentimentale, pixellisation d'amour, légèreté du monde. Mourir en passant, c'est une idée pas plus bête qu'une autre. Elégance de l'idée, là, tout de suite. Et si on faisait ça dans l'eau mon amour ? Mouiller mon sac Hermès, tu n'y penses pas. Je ne pense qu'à ça. Ton sac Hermès, c'est tout ce que j'aime chez toi. Cruauté de la jeunesse. Grâce turgescente du désespoir.

SKORECKI Louis

Cinétoile 17 h 45

Nenhum comentário:

Arquivo do blog