quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Dainah la métisse. Ciné Cinéfil, 20 h 30.

LOUIS SKORECKI 28 NOVEMBRE 1996 À 00:52

Bien que son génie soit de plus en plus reconnu, Jean Grémillon a tout du cinéaste maudit. Mort à 58 ans sans avoir pu mener à bien tous ses projets, il nous laisse quelques films sublimes, envoûtants et très personnels. Il a 22 ans quand il tourne son premier court-métrage en 1923. Six ans plus tard, il signe son premier «vrai» film, Maldone, avec Charles Dullin. Il sera suivi de l'étrange Gardiens de phare mais surtout de la Petite Lise, un film culte aujourd'hui avec son incroya-ble histoire d'amour entre un bagnard et sa petite fille.

Grémillon donnera un rôle à contre emploi à Raimu dans l'Etrange Monsieur Victor a-vant de s'associer à Prévert pour Remorques (Gabin-Morgan). Sous l'occupation, il si-gne Lumières d'été où il explore pour la première fois son thème favori, l'opposition de classe entre capitalistes et travailleurs, envisagée sous un angle poétique et idéalisé.

Certains reprocheront au Ciel est à vous, qui raconte la saga héroïque d'une aviatrice, d'être une exaltation des idé-aux du régime de Vichy, tandis que d'autres trouveront qu'il en appelle à la Résistance. Preuve qu'on peut tout trouver chez Grémillon, poète de la passion et de l'engagement.

Le cinéaste ne réalisera que trois long métrages après guerre, Pattes blanches, l'Etrange Madame X et l'Amour d'une femme, célébrations fiévreuses de la diversité sociale et des passions hétéroclites dans lesquels son humanisme généreux s'exprimera librement.

C'est en 1931, juste après la Petite Lise, que Grémillon réalise Daïnah la métisse, une oeuvre torturée qui explore toutes les utilisations du montage parallèle. Sur un paquebot, deux mondes s'opposent, celui des riches passagers et celui des mécaniciens qui travaillent dans le ventre du navire. Daïnah est une femme légère qui aime séduire et délaisse son mari. Michaux est un marin bourru, joué sèchement par Charles Vanel. Il rencontrera la femme frivole dont le parfum le grise. La mort surgira férocement au détour de cette confrontation impossible.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog