segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Docteur Jerry et Mister Love

LOUIS SKORECKI 19 DÉCEMBRE 2001 À 02:00

Cinétoile, 21 h.

Jouer au docteur Jekyll et à Mister Hyde, tous les acteurs en rêvent. Tous les cinéastes aussi. Comme il fait les deux, Jerry Lewis en rêvait deux fois plus fort. Il en crevait l'édredon tellement il en rêvait. Il avait vu Fredric March se défouler sur Miriam Hopkins (Mamoulian, 1932), Spencer Tracy tabasser Ingrid Bergman (Fleming, 1941), il avait envie de se défouler lui aussi. Il choisit l'une des plus belles poupées de l'époque, Stella Stevens, adorable bimbo aux fesses en ice-cream et aux seins citrouilles, mais il s'arrête devant l'épicerie. Ce qui le branche, Jerry, ce n'est pas la vendeuse, c'est le chanteur. On en raconte, des histoires, sur les scènes de ménage entre Dean Martin et Jerry Lewis. C'est moi qui fais tout le boulot, c'est toi qui emballes les filles, aurait dit Jerry. Sans moi, tu n'es rien, ta carrière est fichue. Mais voilà qu'en fait de désastre, Dean Martin devient l'acteur le plus important des derniers films de cinéma du siècle dernier, Rio Bravo, Comme un torrent.

La meilleure manière de faire le deuil de cet amour, c'était de réinventer Dean Martin. Le chanteur, c'est moi. Je suis aussi mignon, non? J'ai tellement de sex-appeal que je marche au solaire. Dr Jerry et Mr Love (The Nutty Professor), c'est ça. L'histoire d'un pitre qui s'échappe du pensionnat pour pousser la romance. L'histoire d'un adolescent criard qui se transforme en crooner. L'histoire d'un crétin qui se fait épiler pour être la plus belle fille du monde. Tout y passe, gel, rouge à lèvres, brushing, fard à paupières. Problème: je suis si beau, là, que c'est trop. A force d'être trop beau, je suis devenu comme l'autre. Un monstre qui attend que la terre tourne autour de lui pour l'éclairer de ses lumières. On pourrait arrêter là. Dire que The Nutty Professor, c'est l'histoire d'un mec qui devient si cool que la terre s'arrête. Le Docteur Jerry est devenu Dean Martin à la puissance mille. Il implose. Trop simple. Il est plus juste d'y voir un épisode inédit de l'histoire d'amour entre Jerry Lewis et Jerry Lewis. Tes grimaces, tu les répètes tellement devant la glace qu'à un moment, c'est trop fort, tu ne peux t'empêcher de lui rouler un patin, au beau garçon qui te regarde dans le miroir. Tu presses tes lèvres contre les siennes, c'est froid, c'est chaud. Ça glisse, bon Dieu comme ça glisse. Des trucs comme ça, il ne faut pas en abuser. Tu te fais une dernière bise et tu te dis au revoir. Salut ma belle, c'est toi la plus belle. Allez.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog