segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Docteur Jerry et Mister Love

LOUIS SKORECKI 28 NOVEMBRE 2002 À 01:55

Cinétoile, 17 heures.

On est en 1930, quelque part dans les Catskills. Jerry a 4 ou 5 ans, il est monté sur scène. Qui rit à ses pitreries d'enfant juif ? Il chante une version approximative de My Yiddishe Momma, calquée sur celle de la grande Sophie Tucker. Il met quelques couacs à la Donald Duck ici et là pour faire rigoler sa mère. Elle rit, elle pleure, madame Levitch, elle ne sait plus où elle est. D'où ça lui vient, tout ça ? Quelques mois plus tôt, dans une salle de cinéma pourrie, devant un film étrangement muet, Jerry a revécu la transe de James Agee, dix ans plus tôt. «Les gens se mettaient à rire dès qu'ils l'apercevaient, les pieds en dehors, les genoux écartés comme s'il avait les cuisses écorchées. Cette fois, Charlie vola un sac plein d'oeufs, puis, voyant arriver un agent, il les cacha au fond de son pantalon.»

Le livre d'Agee, Un mort dans la famille, sort au milieu des années 50, dix ans avant Docteur Jerry et Mister Love. Dix ans, c'est l'âge de Jerry Lewis. Quand le petit surdoué chante en yiddish, il a 10 ans. Quand il réalise Docteur Jerry et Mister Love, il a 10 ans. On a toujours 10 ans quand on s'appelle Jerry Lewis. «Il aperçut alors une jolie fille et se mit à plier les genoux, à plier sa badine et à faire des grimaces ridicules. Elle secoua ses frisettes et s'en alla, le menton très haut, la bouche sombre aussi petite qu'elle pouvait la coulisser et il suivit, très agité, faisant avec sa canne toutes sortes de choses qui déchaînaient les rires des gens, mais elle n'y prêtait pas attention. Finalement, elle s'arrêta à un coin de rue pour attendre un tramway en lui tournant le dos comme s'il n'existait pas et après avoir essayé pendant un moment de se faire remarquer, sans y arriver, il lança un coup d'oeil au public, haussa les épaules et fit comme si c'était elle qui n'existait pas.» Dans Docteur Jerry et Mister Love, l'amoureuse de Jerry Lewis s'appelle Stella Stevens. Ses seins superbes, qui ne rêverait d'y faire escale à 10 ans ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog