quinta-feira, 10 de setembro de 2015

""Donne-moi tes yeux"": Sacha Guitry, sculpteur aveugle de ses amours juvéniles

27/02/1995 à 00h48

SKORECKI Louis

Ciné Cinéfil, 22h, film

LES FILMS et les pièces de Sacha Guitry vieillissent bien. Comme si le temps leur donnait une patine et une sorte d'épaisseur supplémentaires. On comprend enfin que la suprême légèreté dissimulait une drôle de gravité, une nostalgie devant le temps qui passe, une morale. Mieux: son art du cinéma apparaît de plus en plus moderne, direct, définitif.

Donne-moi tes yeux est l'un des films les plus mal connus de Guitry. Tourné en 1943, il met en vedette une actrice charmante qui fut fugitivement sa femme, Geneviève Guitry. Elle interprète une jeune femme, Catherine Collet, qui essaie d'entrer avec une amie dans un musée à l'heure de l'accrochage des tableaux. Seule l'amie a la carte de modèle qui permet l'entrée. C'est alors que Sacha Guitry s'avance. Il joue un sculpteur célèbre, François Bressol, et il s'intéresse de près au cas de la jeune fille.

«Comment? Mademoiselle n'est pas un modèle? Alors qu'elle a l'air d'un exemple.» Le sculpteur permet à la jeune fille d'entrer et il lui montre les plus beaux tableaux de l'exposition, des chefs d'oeuvre signés Courbet, Daumier, Sisley, Renoir, Corot, Millet. Guitry rencontre son ami, le peintre Jean Laurent (Aimé Clariond) auquel il se confie: «J'ai rajeuni. J'ai vingt ans de plus depuis quelques minutes. Tu veux les voir mes vingt ans? Ils se promènent par là avec une amie à elle.» Cette histoire d'amour évanescente va s'assombrir quand notre sculpteur perdra la vue. Il essaiera d'épargner à la femme qu'il aime cette épreuve, mais elle le suivra jusqu'au bout de sa passion juvénile.

L. S.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog