segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Ecrit sur du vent

LOUIS SKORECKI 4 OCTOBRE 2002 À 01:17

Ciné Cinéma Succès 22 h 45.

«C'est un temps à manger au Turc, non ?» Gaston avait dit ça sans réfléchir. De Gaston, on dira juste qu'il aimait la violence de Fassbinder et le café serré.

Gaston. ­ Tu vois, Julia, Fassbinder était un pédé qui avait des couilles. Aujourd'hui, les pédés ont muté. Ils sont châtrés avant même de venir au monde.

Julia. ­ Tu m'énerves avec tes histoires de bites et de couilles. Et Sirk, il baisait par derrière ou par devant ?

Gaston. ­ Pour baiser Rock Hudson par devant, il faudrait avoir de l'imagination, ma chérie.

Guillaume. ­ Mais il en avait, de l'imagination. Regarde Ecrit sur du vent, ce n'est pas un truc pour perruches maniéristes. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est nettoyé au balai à perruque. En plus, dans ce film-là, il faudrait être aveugle pour ne pas voir que Sirk le prend par devant, Rock Hudson.

Gaston. ­ Le mot important, dans ce que tu dis, c'est aveugle. Là où les crétins ne voient qu'épanchement lyrique et autres dorures expressionnistes, Sirk ferme les yeux. C'est un cinéma tragique, un cinéma du dedans.

Julia. ­ L'amour, chez lui, c'est intérieur ?

Gaston. ­ Pas exactement. C'est à la fois intérieur et démesuré, imaginaire et réel, doux et brutal. Un mélange de Babygros et de Javel, si tu préfères.

Julia. ­ Là, je suis dans le noir.

Guillaume. ­ Moi aussi.

Gaston. ­ C'est ce qu'il faut. Oublier les étiquettes convenues, les couilloneries militantes du genre «mélodrame flamboyant», tout ce bastringue lexical des crétins de Positif.

Guillaume. ­ C'est quoi alors, Ecrit sur du vent ? Une partouze entre non-voyants ?

Gaston. ­ Plutôt une tragédie antique réécrite par un travesti qui serait aveugle de naissance, si vous voyez ce que je veux dire.

Guillaume et Julia (ensemble). ­ Non.

Gaston. ­ Robert Stack est amoureux de Rock Hudson parce qu'il est le fils que son père aurait aimé avoir. Idem pour la soeur, la belle Dorothy Malone, qui finit par tuer son frère, prise dans le même filet de jalousie amoureuse.

Julia. ­ Et le happy end ?

Gaston. ­ Comique d'aveugle.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog