quinta-feira, 10 de setembro de 2015

Edward aux mains d'argent.

18/12/2001 à 02h00

Ciné Cinémas 1, 0h10.

SKORECKI Louis

Au moment où Canal + programme son conte gothique un peu plat, Sleepy Hollow, pourquoi ne pas revenir sur Edward aux mains d'argent, avec le même Johnny Depp, l'un des deux ou trois films fondateurs du système Burton. Les mains, dans le système Burton, ça tue. On verra dans deux jours, avec les Mains d'Orlac, que les mains sont plutôt faites au cinéma pour étrangler que pour caresser. Tim Burton puisant au cinéma son stock d'effrois personnel, il n'est que logique qu'il s'inscrive dans cette généalogie de mains maléfiques. Le bien, de toute façon, ce n'est pas très photogénique. Dans Edward aux mains d'argent, Johnny Depp ne fait pas mal aux autres avec ses mains en forme de ciseaux. Il se fait mal à lui-même, c'est lui qu'il faut protéger. C'est l'une des caractéristiques de l'institution psychiatrique que de protéger d'abord le fou de lui-même. Tu es dangereux pour toi-même, petit. On t'enferme pour que tu ne te fasses pas mal, on te protège de tes propres accès de folie.

L'idée burtonienne, c'est ça. Héberger l'anormal pour qu'il ne se blesse pas, quitte à en faire une star de cinéma. Qu'est-ce qui différencie Tim Burton de John Waters? La folie de ces deux hébergeurs de monstres, ces deux gothiques alanguis, produit-elle les mêmes systèmes esthétiques? On voit bien que non. Le travestissement de Divine et de ses copines est plus proche d'Almodovar (le mélo kitsch) que des monstruosités poétiques de Burton. Burton commence où Freaks s'arrête, dans un mélange de souffrance stylisée et de réalisme pathétique rarement abordé par ces leaders du cinéma bis que sont Almodovar ou John Waters. Pour eux, c'est la frontière transgenre entre bi et bis qui fait sens. Ni bi, ni bis, Burton. Ni indépendant, ni marginal. Dès son premier film, Pee Wee's Big Adventure, il se pose en inverti, en artisan timide. Hollywood veut toujours de nouveaux masques, il en a un stock à revendre. C'est un copiste, un moine. Recopier pour ne pas oublier, pour transmettre, c'est le lot des passeurs, des initiateurs. La religion de Burton, c'est celle d'un recopieur de grimoires, d'un revendeur de totems, d'un traditionaliste américain. C'est pourquoi l'histoire d'Edward aux mains d'argent n'est pas celle d'un coiffeur à succès, comme l'aurait sagement et kitschement suggéré Waters ou Almodovar, c'est celle de l'émergence d'une nouvelle star au panthéon hollywoodien. Pour Burton, Hollywood existe encore. C'est un miroir dont il est l'alouette éblouie prise au piège. Une alouette consentante, bien sûr.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog