quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

"Et tout le monde riait"

LOUIS SKORECKI 22 DÉCEMBRE 1994 À 23:26

Amours éphémères pour Audrey Hepburn et Ben Gazzara à Manhattan.

C'EST en 1981 que Peter Bogdanovich réalise Et tout le monde riait, une comédie sentimentale à l'ancienne qui convoque les souvenirs mêlés de Donen et Minnelli. L'idée de départ est simple, c'est l'histoire de trois détectives privés chargés de suivre des femmes mariées et qui tombent immanquablement amoureux d'elles.

Même le patron de l'agence, le malheureux Leondopoulos (George Morfogen) est amoureux de sa secrétaire, à laquelle il n'a jamais osé le dire. Il ne le lui avouera qu'à la toute fin du film.

En attendant, nos trois détectives suivent Dolores Martin, jouée par la blonde Dorothy Stratten et Angela, une femme qui se déguise derrière des lunettes noires et qui a le charmant minois d'Audrey Hepburn. Arthur a des cheveux très longs et fume des joints qui ne le sont pas moins. C'est Blaine Novak, par ailleurs producteur du film, qui l'interprète. Charles a l'air délicieusement ahuri de John Ritter. Quant à John Russo, champion du sourire moelleux, c'est Ben Gazzara qui lui donne toute son humanité étonnée.

On ajoute une chanteuse, Christy Miller, jouée par la cool Colleen Camp, et une rousse marrante qui conduit un taxi (interprétée par Patti Hansen), et la comédie peut s'emballer. Sur fond de Manhattan photogénique, Ben Gazzara et Audrey Hepburn s'aiment de façon follement sophistiquée.

C'est la ronde des amours éphémères. On en redemande.

Louis SKORECKI

Amours éphémères pour Audrey Hepburn et Ben Gazzara à Manhattan Ciné Cinéma, 15h, film Rediffusions samedi 24 à 23h, lundi 26 à 20h30, mercredi 28 à 9h05, vendredi 30 à 12h15.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog