segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Exodus

LOUIS SKORECKI 12 OCTOBRE 2005 À 04:03

TCM, 20 h 45.

Elle ne savait pas qui la bluffait le plus, le grand Jacques ou l'élégant monsieur Bruno. Sur le cinéma, ils étaient ex aequo. Dans la vie, c'était plus compliqué, mais il valait mieux ne pas faire entrer ces considérations sur son ordinateur personnel. Pas pour le moment en tout cas. Caroline était comme ça, elle adorait se poser des questions auxquelles elle ne pouvait pas répondre. Le problème, je lui dis, c'est que monsieur Bruno s'est volatilisé. Qu'est-ce qu'ils ont à disparaître comme ça ? répond Caroline. C'était une question plus qu'une réponse, mais je n'ai jamais été à cheval sur la syntaxe, la grammaire, tous ces trucs. C'est une question ou une réponse ? je lui demande quand même, mais elle ne répond pas, engluée dans ses questions-réponses cinéphilico-sentimentales. On en est là quand une voix familière nous interpelle de l'autre côté de la rue. C'est monsieur Bruno, il est revenu, fait Caroline en battant des mains. Je la déteste quand elle fait ça. Elle a 30 ans, ce n'est pas un âge pour sauter à la corde ou battre des mains. Pour un peu, elle nous présenterait sa Barbie.

J'ai revu Exodus, c'est sublime, dit monsieur Bruno. Il est plus rouge que d'habitude, nettement moins ligne claire. Vous êtes un peu rouge, monsieur Bruno, lui dit Caroline, qu'est-ce qui vous arrive ? Le cinéma m'arrive, mon petit, il m'arrive en pleine figure, et c'est violent, croyez-moi. Exodus, c'est la saga sioniste de Preminger ? demande Caroline. Sioniste ? comme vous y allez, il répond, un grand film n'est ni de droite, ni de gauche, il est grand, c'est tout. Je suis d'accord, j'attends juste ce qu'il va dire. Il rougit encore, il se lance. C'est l'amour entre Eva Marie Saint et Paul Newman que j'aime, lâche-t-il dans un râle. Mais elle aime Jill Hayworth, la petite juive, dit Caroline, celle qui aime Sal Mineo.

Je suis d'accord avec elle mais j'attends la suite des événements. C'est la ronde des désirs, lâche monsieur Bruno. Il est encore plus rouge. Drôle de type quand même.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog