segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Gigi

LOUIS SKORECKI 7 JANVIER 2003 À 21:40

Arte, minuit.

Pour celui qui ne saurait pas que le cinéma n'est que l'expression touchante, encore amidonnée, des rêves de modernité du XIXe siècle, il est urgent de revoir Gigi. En 1958, le film sentait déjà la naphtaline, malgré les fastes extravagants du Metrocolor et les dimensions excentriques du Cinémascope. Mais la naphtaline, c'est tout Minnelli. Mieux que Resnais, qui se rêve depuis plusieurs dizaines d'années en Minnelli français, le vrai Minnelli sait faire valser les figures de cire de son musée Grévin imaginaire, encore toutes blanches de frayeur momifiée. Ces créatures costumées qui traversent l'écran, en fiacre ou en crinoline, ce sont des morts. Des morts qui s'agitent pour faire croire aux jeunes filles rêveuses et aux vieux messieurs qu'ils sont encore vivants. Grâce aux couleurs un peu imprécises de Joseph Ruttenberg, aux allures début de siècle de Maurice Chevalier, et surtout grâce à la délicieuse Leslie Caron, c'est comme si les personnages du roman à la fois désuet et charnel de Colette se mettaient en marche en rougissant.

Une réserve, pourtant. Qu'Arte ne diffuse plus que des VF en prime time ne choquera que les fanatiques de la VO obligatoire, dont nous ne sommes pas. Mais pour Gigi, il y a huit jours, l'épreuve n'était pas loin d'être insupportable. Sur les mélodies gracieuses de Frederick Loewe, les paroles acidulées d'Alan Jay Lerner couinaient en français, avec la lourdeur braillante d'un Gramophone diffusant un 78 tours de Johnny Hallyday en duo post mortem avec Tino Rossi. Pour un changement d'année, c'était un changement d'année. Même Maurice Chevalier, qui se double pourtant lui-même, perd au passage ce merveilleux accent français qui épice la VO. Où est passée la légèreté minnellienne de cette étrange américanisation des années 1900 ? Cela revient à retraduire en français une traduction américaine, pas spécialement subtile, des paroles originales d'une chanson de Bruant ou de Trenet. Ce soir, vu l'horaire tardif, la chaîne promet une VO. Dis maman, ils ont eu quoi, comme version, les Allemands ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog