segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Gueule d'amour. Cinétoile, 21h.

LOUIS SKORECKI 3 AVRIL 1998 À 00:16

On oublie souvent que Jean Gabin, dont les marivaudages lourdingues ont traversé les pires navets du cinéma français «de qualité», a été un acteur subtil et élancé, incarnant à merveille les déviances populaires et les passions prolétariennes. Il doit ses meilleurs films à Julien Duvivier (Pépé le Moko, la Belle Equipe, la Bandera), Max Ophuls (le Plaisir), Jean Renoir (la Bête humaine, la Grande Illusion, les Bas-Fonds, French Cancan) et, surtout, Jean Grémillon, avec lequel il tourna aussi l'extraordinaire Remorques. Drame de la déchéance amoureuse, Gueule d'amour est une chanson romantique, un roman-photo impeccable, le trajet brisé d'un amour insoumis.

Choisir ses films, rien n'est plus difficile. Pourquoi la Moindre des choses, de Nicolas Philibert, affectueuse promenade chez les fous, retrouve-t-elle, sans jamais le chercher, l'écho hystérique des rires de Soudain, l'été dernier? Pourquoi Sinon, oui (Claire Simon), le film le plus fou d'une année cinématographique bien sage, au-delà de son déroulement heurté et littéralement imprévisible, s'invente-t-il des malaises maccareyiens, des allures d'Elle et lui français? Pourquoi les films de Biette, qui pourraient tous s'appeler Gueule d'amour, ont-ils la préciosité populaire des grands films de Jean Grémillon? Un grand film est tout seul, mais il en convoque toujours d'autres. Un grand cinéaste est dans le noir, mais il parle avec les fantômes. Le critique de cinéma, qui est dans le noir lui aussi, doit bien apprendre à choisir, repérer, refuser. Ses mots n'ont pas plus d'importance que ça. Cohérence du choix, silence de la plume. Ecrire est fastidieux, fatigant, puéril. Gueule d'amour est un mélodrame déchirant, le film inoubliable d'un cinéaste qui a toujours refusé d'entrer dans le rang. Grémillon, Godard, Gabin: trio lyrique et incongru du cinéma français. On ajoute Gance et Guitry, et la boucle est bouclée. Les noms des grands imprécateurs du cinéma français commencent tous par la septième lettre de l'alphabet, la plus belle, dans un jet d'encre griffithien.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog