quarta-feira, 2 de setembro de 2015

Hatari !

LOUIS SKORECKI 1 OCTOBRE 2002 À 01:15

Cinétoile, 22 h 40.

«Les fantômes hantent mais ils n'écrivent pas.» Julie leva la tête vers Gaston qui lisait dans un coin.

Gaston.- Qu'est-ce que tu disais ? Les fantômes entrent mais n'éditent pas ?

Julie.- Les fantômes hantent, mais ils n'écrivent pas.

Gaston.- Hatari ! Hatari !

Julie.- Précise ta pensée.

Gaston.- Des fantômes d'aventuriers pénètrent en Afrique, une Afrique blanchie à la chaux. C'est Hatari ! C'est exactement ça. Ils entrent, bon Dieu qu'est-ce qu'ils entrent.

Julie.- Ils hantent, pas ils entrent.

Gaston.- Si tu veux, ça marche aussi.

Julie.- «Ils n'écrivent pas», tu en fais quoi ?

Gaston.- Ben, t'as vu le film. Ils n'écrivent pas.

Julie.- ????????!!!!!!!!!!?????????

Gaston.- Ils n'en disent rien, si tu préfères.

Julie.- Parler et écrire, ce n'est pas exactement pareil.

Gaston.- Pour un aventurier, c'est pareil.

Julie.- ???????????

Gaston.- Quand un aventurier ouvre la bouche, et tu as vu avec quel sérieux on ouvre la bouche chez Hawks, c'est comme s'il écrivait. Chez Hawks, on parle comme dans un livre. On parle comme un livre, même. Chaque mot se détache de la bouche comme un compliment sur une page de Mallarmé.

Julie.- ????????????

Gaston.- Tu veux que je te fasse un dessin ?

Julie.- Ça m'aiderait.

Gaston.- L'aventurier voit sa vie s'inscrire dans un livre. Le Livre, tu connais ?

Julie.- Non.

Gaston.- C'est trop long à expliquer. Disons que John Wayne et Gérard Blain, ces deux morts qui nous hantent, comme dirait Nathan, regardent leurs aventures, épiques ou amoureuses, comme autant de pages qui viennent s'ajouter au Livre de la Vie. Chaque geste à accomplir, chaque parole à prononcer, est comme un mot qui s'inscrit à même la page d'une blancheur éblouissante du Livre de la Vie.

Julie.- Quand un mec drague une fille, chez Hawks, ça se lit dans un livre ?

Gaston.- Ça s'écrit.

Julie.- Et Elsa Martinelli, elle écrit quoi ?

Gaston.- Les filles n'écrivent pas. Elles sont écrites.

Julie.- Tu veux dire que quand on fait l'amour, tu m'écris dessus ?

Gaston.- Non. Tu n'es pas assez hawksienne.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog