quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Hudson's Bay. Ciné Cinéfil. 20h30.

LOUIS SKORECKI 30 OCTOBRE 1996 À 23:52

Irving Pichel tourne une trentaine de films entre 1932 et 1953. Ancien élève de Harvard, il fait plusieurs métiers avant de tenter sa chance à Hollywood comme acteur. Parallèlement, sans cesser sa carrière de comédien, il se lance dans la mise en scène. Il dirige d'abord en 1932 les célèbres Chasses du comte Zaroff aux côtés de Schoedsack, puis She d'après Ridder-Haggard. Dans les années trente, il réalise des petits budgets pour Republic.

Il deviendra célèbre avec des mélodrames comme Tomorrow Is Forever, une tragédie conjugale interprétée par Claudette Colbert et Orson Welles qui raconte l'histoire d'un mari défiguré que l'on croit mort et qui retrouve sa femme remariée. Il tourne aussi The Miracle of the Bells, une affaire de guérison miraculeuse, dans le même ordre d'idées. Quand il ne s'occupe pas de mélos, il tourne de la science-fiction (Destination Moon), des westerns (Santa Fe), des films religieux (l'Ambitieux Martin Luther).

Hudson's Bay est un très curieux film d'aventures historiques qui se passe en 1667. Tourné en pleine guerre, en 1941, il raconte un des épisodes les moins connus de la conquête du Canada par les Anglais. Ce sont les mémoires d'un Français aventureux, Pierre Esprit Radisson, qui servent de «scénario» au film. Le rôle de Radisson est tenu par Paul Muni, un drôle d'acteur grimaçant qui était devenu une star en jouant Scarface pour Howard Hawks. Muni a surtout joué des grands films de la Warner à fortes résonances sociales ou historiques.

Ici, Muni s'invente un invraisemblable accent français à couper au couteau. Aux côtés du colosse Laird Cregar, il joue un Français aventureux qui rêve de conquérir les terres sauvages du Saint-Laurent pour les Anglais. Ils réussissent à convaincre un noble français en fuite, lord Crew, de les accompagner. Le roi Charles II (Vincent Price) finance leur expédition. Dans les meilleurs moments, ce film d'aventures rappelle la Captive aux yeux clairs d'Howard Hawks.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog