quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

James Cagney déchaîné dans un polar décevant de Gordon Douglas

15/12/1994 à 23h36

SKORECKI Louis

James Cagney déchaîné dans un polar décevant de Gordon Douglas

Ciné Cinéfil, 18h45, film

Dans sa longue et très irrégulière carrière, Gordon Douglas a surtout été à l'aise dans les westerns bien musclés qu'il produisait pour l'acteur Clint Walker. Il n'a jamais aussi bien réussi dans le film noir et ce polar de 1950, Un fauve en liberté, ne laissera pas de souvenir impérissable.

Le film, tiré pourtant d'un beau roman d'Horace Mac Coy, Kiss Tomorrow Goodbye, est constitué de plusieurs flashbacks. L'action principale se déroule dans une cour de justice où l'on juge une bande de sept individus coupables de crimes. Le huitième est absent. Il est mort.

Peter Corbett, gardien dans une ferme pénitentiaire d'Etat comparaît le premier. On assiste alors à l'évasion de deux prisonniers armés de revolvers. L'un des deux meurt. L'autre, Ralph Cotter, réussit à s'enfuir. Il est interprété par un James Cagney déchainé, qui fait beaucoup plus de grimaces démoniaques et d'effets de mâchoire qu'à son habitude, se croyant obligé de rouler des yeux à chacun de ses sourires. Une vraie caricature de l'acteur Cagney, qui n'est pourtant pas le plus subtil au monde. Précisons qu'il a produit lui-même le film, estimant sans doute pouvoir alors s'en donner à coeur joie.

Grâce au flic véreux Weber (Ward Bond) qu'il a réussi à faire chanter, Cotter cambriole un fourgon d'argent et trouve le temps de mener une double romance. Il croit s'en tirer en tuant tout ce qui bouge sur son passage mais l'histoire se retournera contre lui. La morale est sauve.

Louis SKORECKI

Rediffusion vendredi 16 à 22h.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog