segunda-feira, 14 de setembro de 2015

J'entends plus la guitare

LOUIS SKORECKI 12 DÉCEMBRE 2002 À 02:06

Ciné Cinéma Auteur, 21 heures.

Philippe Garrel est un survivant. A raison d'un acide par jour pendant quatre ou cinq ans, ses neurones en ont pris un coup. Les électrochocs n'ont rien arrangé. Dans le paysage étriqué du film d'auteur à la française, c'est l'un des derniers à faire des films de cinéma. Un film de Garrel, c'est un paysage où s'arrêter. Ce que les Straub ne savent plus faire -­ transformer le cinéma en partie de campagne où reposer son regard ­-, il s'obstine à s'y essayer. Il y a dix ans, J'entends plus la guitare a été l'occasion du grand retour à la figuration d'un cinéaste qui avait tendance à l'abstraction. Grâce aux dialogues minimaux de Marc Cholodenko, Philippe Garrel s'abandonne à la prose, une prose nerveuse et élégante. Dans ces bribes d'autobiographie décalée, la vermeerienne Johanne Ter Steege joue à la réincarnation de Nico, sous l'oeil du regretté Benoît Régent, de l'exquise Mireille Perrier et de l'indispensable Brigitte Sy. Que demander de plus au cinéma que cette cathédrale romane ?

Dans Rive droite rive gauche, le show de Thierry Ardisson, le journaliste réac Eric Neuhoff (le Figaro Madame) faisait il y a quelques jours l'éloge d'Yves Adrien et d'Alain Pacadis, deux personnages de la galaxie Garrel. Dans la mesure où Adrien, dandy de la punkitude branchée, n'a d'Oscar Wilde que la redingote élimée, on conçoit que Neuhoff se prenne d'amour pour ce théoricien de la décadence rock, viré hippie sur ses vieux jours. Mais s'éprendre publiquement de Pacadis, personnage grandiose et généreux dont un souffle, un seul, l'eût rayé de la carte, donne au pitoyable Neuhoff des allures de récupérateur de cadavre. La caméra tendre et lyrique de Garrel saurait ressusciter, s'il lui en donnait l'ordre, la belle silhouette voûtée de l'ami Pacadis. Passer quelques heures de vrai nightclubbing avec Pacadis, juste pour éloigner les éloges nauséabonds de Neuhoff. On peut rêver, non ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog