segunda-feira, 14 de setembro de 2015

La Fille à la valise (2)

par Louis SKORECKI

CINéCINéMA CLASSIC, 14 h 10.

J'étais juif, je rêvais. A Jacques Perrin, à Claudia Cardinale. J'étais envoûté par la Fille à la valise, troublé par sa sentimentalité italienne, sa morbidesse alanguie. J'étais tellement amoureux que je me transformais à vue d'oeil. Allais-je devenir un monstre, un mutant à mi-temps ? J'ai perdu, depuis, cet étrange don transformiste, mais il me suffit de fermer les yeux pour me rappeler. C'est l'année du bac. Au lieu de réviser, je rêve volontiers que je suis Dana Andrews qui rêve à Gene Tierney. Je rêve tellement fort que je crève l'oreiller. Elle ne se réveille pas. Elle est toute tachée, ma belle disparue, ma belle morte.

Quand je ne rêve pas à Gene Tierney, je rêve que je suis Jacques Perrin. Plus goy que lui, il n'y a pas. Blond vénitien, presque transparent. Le teenager ultime. Je rêve aussi que j'ai des seins, les seins de Claudia Cardinale. Petits, rieurs, légers, ils tiennent dans ma main. Mes seins tiennent dans ma main, maman ! J'ai crié, mais personne ne m'a entendu. Je suis seul dans la salle de cinéma. Des années plus tard, la sensation légère est toujours là. Lui aussi, il est toujours là. J'ai fini par coïncider avec moi-même, mais ces moments gracieux où je décollais de mon enveloppe terrestre sont encore là, à portée de main. Le plus drôle, c'est que je n'ai jamais réussi à ressembler pour de bon à Jacques Perrin. Le plus drôle, c'est le jour où une adolescente anglaise s'est approchée de moi en rougissant, un cahier à la main, me demandant de signer. Signer ? Moi ? Vous ne vous trompez pas ? Mais, non, vous êtes Scott McKenzie, c'est ça ? Vous, vous avez oublié qui c'est, vous ne pouvez pas savoir à quel point ça fait mal. «If you go to San Francisco/Be sure to put a flower in your hair», c'était lui. J'avais eu la mauvaise idée de me laisser pousser la moustache, j'étais devenu le clone du chanteur hippie le plus con de tous les temps. Jacques Perrin m'avait laissé tomber comme une vieille chaussette. Je lui en veux encore.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog