segunda-feira, 7 de setembro de 2015

La Grande Lessive

LOUIS SKORECKI 14 NOVEMBRE 2005 À 04:33

CINECINEMA CLASSIC, minuit.

Monsieur Edouard est en colère, c'est Jacques qui l'a dit. On a d'abord cru à une plaisanterie, mais ça a l'air vrai. Jacques l'a aperçu qui sortait d'un cinéma près de la gare Saint-Lazare, apparemment très remonté. Gare Saint-Lazare ?, a dit Caroline, ça ne lui ressemble pas. Ce n'est pas son genre, j'ai dit, il ne doit même pas savoir où c'est. A ce moment-là, une voix familière nous a appelés. Pas de doute, c'était lui, c'était monsieur Edouard. Il arrive, il est là. J'ai vu un Mocky sublime, dit-il à bout de souffle, j'ai couru pour vous raconter. Tu es en sueur, dit Caroline, regarde ta chemise, elle est toute trempée. M'en fous de ma chemise, dit monsieur Edouard (à la façon dont elle le couve du regard, je suis de plus en plus sûr qu'il y a eu quelque chose entre eux), ce Mocky que j'ai vu, je n'en reviens pas, il est sublime. Quel Mocky ?, je demande, un peu intrigué. La Grande Lessive, répond monsieur Edouard, c'est le plus beau film du monde, celui par lequel le scandale arrive.

Le scandale ?, quel scandale ?, demande Caroline. Celui de la télévision, bien sûr, répond monsieur Edouard. On reste bouche bée. Cette fois-ci, on ne l'avait pas vu venir.

Une heure plus tard, au café, on repense à ce que monsieur Edouard nous a dit, juste avant de repartir comme une flèche. Le scandale-Mocky, c'est la télévision, avait-il martelé. Caroline n'était pas d'accord, elle se souvenait parfaitement du film. C'est vraiment l'histoire d'une «grande lessive», avait-elle dit, celle qu'un prof un peu straight (Bourvil), qui veut couper la télé, organise avec deux ou trois tarés comme Francis Blanche et Roland Dubillard sur les toits de Paris. Monsieur Edouard s'était énervé. Oui, et en quelle année, avait-il demandé ? En quelle année quoi ?, avait dit Caroline. La Grande Lessive, c'est de quand ?, avait-il insisté. 1968, avait-il hurlé sans attendre notre réponse. De toute façon, on ne savait pas.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog