segunda-feira, 14 de setembro de 2015

La Peau douce

LOUIS SKORECKI 29 NOVEMBRE 2002 À 01:56

Cinétoile, 0 h 45.

Le petit François Truffaut a 7 ans. Il regarde la jupe sagement plissée d'une jeune fille qui vole au vent. Elle vole au vent, la jupe. Elle vole au vent, la fille. De cette jupe plissée, il ne se remettra jamais. Comment sait-on ça, direz-vous. On le sait, c'est tout. Des années plus tard, Truffaut rend hommage à la jeune fille à la jupe plissée. Le film s'appelle la Peau douce, c'est un chef-d'oeuvre. Chef-d'oeuvre, un mot qu'on ne devrait employer que pour les films qui font peur. La Peau douce fait peur. C'est peut-être le premier film qui se risque à ce que Brisseau appelle un suspense sexuel. Brisseau, celui qui parle des Choses secrètes à la face du monde pendant que le monde tourne la tête. Le monde a toujours tourné la tête quand des choses importantes la Nuit du chasseur, Femmes, femmes ­ se passaient dans le noir.

La Peau douce, pour ceux qui ne l'auraient jamais vu, est une histoire d'adultère, envisagée sous un angle de terreur hitchcockienne, un angle panique. Documentaire, fiction, télévision ­ dans quelle comédie de boulevard est-on tombé ? Imaginer Jean Desailly, acteur de théâtre grassouillet qui se serait fait la tête de Truffaut, la tête d'un homme qui aimait trop les femmes pour ne pas leur mentir. Jean Desailly, c'est une sorte de Michel Field qui aurait décidé de draguer l'une de ces grosses libraires hystériques qu'il affectionne, une de ces bourgeoises endiamantées pour maison close (Field dans ta chambre, Paris Première, dimanche, 18 h 45) ou, mieux encore, une écolière venue faire de la figuration dans son lupanar littéraire. Entre l'un des conférenciers pédants de ce reality show trop sage (un Desailly d'aujourd'hui) et l'une des jeunes Françoise Dorléac qui le dévore des yeux à la dérobée se joue peut-être un remake secret de la Peau douce. La triste tranche de télévision fieldienne ressemble comme deux gouttes d'eau au décor de Truffaut. Cherchez la carabine. Cherchez la femme. Cherchez l'erreur.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog