segunda-feira, 7 de setembro de 2015

La Poison

LOUIS SKORECKI 30 OCTOBRE 2002 À 01:35

Cinétoile, 0 h 25.

Dans les deux films qu'il a faits avec Guitry, Michel Simon, ce n'est pas vraiment Michel Simon.

C'est qui alors ?

C'est Guitry déguisé en Michel Simon. C'est un monstre.

Et chez Duvivier ? Et chez Renoir ?

C'est toujours Michel Simon. Dans Panique, ce film à la noirceur expressionniste, d'une subtilité rageuse, dans lequel Michel Simon est presque lynché par la foule...

Ah oui, je me rappelle. Il est poussé au suicide, poussé dans le vide, il meurt littéralement de peur. Ce n'est pas d'après Monsieur Hire, le roman de Simenon ?

C'est ça. C'est le livre dont Leconte a tiré son documentaire ridicule sur le crâne de Michel Blanc. Panique, c'est du pur Duvivier, du cinéma panique. Michel Simon est une créature de Duvivier. Mais c'est juste Michel Simon que tu vois, là, sur l'écran.

Et chez Vigo ?

Tu veux rire. C'est du pur Michel Simon, de la poésie à l'état pur. Sans Michel Simon, on ne parlerait même pas de la prétendue «oeuvre» de Vigo. Du pipi de chat, Vigo, du pipi de chat.

Et chez Renoir ?

Tu veux rire. C'est encore plus Michel Simon, ça crève les yeux. Prends Boudu sauvé des eaux, un film pas très différent, au fond, de l'Atalante (Vigo a tout piqué à Renoir, c'est évident), c'est encore un documentaire poétique sur Michel Simon. Il est où Renoir, dans Boudu ? Il est où ?

Je ne sais pas.

Dans la Chienne, c'est encore plus flagrant. C'est un autoportrait de Michel Simon en meurtrier d'amour. Il est où Renoir ? Où ?

Je ne sais pas.

Rien à voir avec la Poison. Chez Renoir, Michel Simon tue par rage froide. Mais c'est lui qui tue, c'est Michel Simon. Chez Guitry, c'est Guitry qui tue. Tu reconnais Guitry dans les vêtements trop grands de Michel Simon. Dans ses mimiques, tu le reconnais. La Poison, c'est un reportage réaliste et onirique sur Guitry meurtrier. Pas sur Michel Simon. C'est Guitry qui tue. C'est lui.

C'est vrai qu'il est étrange dans la Poison, Michel Simon. Vraiment étrange.

Bien sûr, puisque c'est Guitry.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog