segunda-feira, 7 de setembro de 2015

La Ronde de l'aube

LOUIS SKORECKI 16 FÉVRIER 2005 À 00:35

Cinétoile, 15 h 30.

Le plus grand Sirk. Le seul à se poser la question de l'homosexualité. Mais on est en 1957, on n'en parle pas. Dans ces films, le pédé devient toujours impuissant. Troublant, non ?

Le pédé, c'est Rock Hudson ?

Non. C'est Robert Stack.

C'est toujours Robert Stack ?

Toujours.

Dans la vie, il était pédé, Stack ?

Tu as de ces questions. Demande à Bégaudeau de te parler de Beckett pendant que tu y es.

C'est qui Bégaudeau ?

Un type qui attend Godot.

Il le sait ?

Bien sûr que non.

Il existe, Bégaudeau ?

Bien sûr que oui.

Qu'est-ce qu'il t'a fait ?

La parole politique le travaille.

Et alors ?

Elle le travaille au corps.

Et alors ?

Ce corps est qui ?

Je ne sais pas.

C'est Robert Stack, c'est moi.

Tu es pédé ?

Comme Stack.

Et Bégaudeau ?

Qu'il soit pédé ou non, ça le regarde.

On voit que tu ne l'aimes pas.

C'est le moins qu'on puisse dire.

Qu'est-ce qu'il t'a fait ?

Il dit que le Promeneur du Champ-de-Mars, c'est moins bien que la Cécilia.

Il compare avec Comolli ? Il dit ça ?

Je dis ça pour aller plus vite. Quand tu dis «parole», quand tu dis «politique», c'est fichu d'avance.

Le côté américain de Guédiguian, il en parle ?

C'est un politique, je te dis.

Il écrit où ?

Dans la revue du fils Billard.

Ah oui, les Cahiers. Je comprends mieux. Guédiguian, il est sirkien ?

«L'exaspération lyrique des conflits», «Le lyrisme froid», ça te va ?

C'est sur le Promeneur du Champ-de-Mars ? Qui a écrit ça ?

C'est Lourcelles sur Sirk.

Il a toujours bon, celui-là.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog