segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Le Dîner de cons

LOUIS SKORECKI 3 OCTOBRE 2002 À 01:16

Canal +, 0 h 25.

Suite des chapitres précédents. Gaston et Julie en sont au dessert, dans le décor magique du Buffet de la gare de Lyon. Ils ont commandé une troisième bouteille de Vichy Célestins. Non que le repas ait été indigeste (avec le saucisson chaud pommes à l'huile, comme dit Gaston, il faudrait utiliser du porc cacher pour que ce soit vraiment raté), mais Dylan Sitbon s'était incrusté, avec ses raisonnements de talmudiste pris de boisson, et leur repas d'amoureux avait été gâché.

Dylan ­ OK, je m'en vais. Vous êtes limite vexants, et je ne tiens pas à vous imposer davantage mes idées sur les comédies à la française de Francis Veber.

Gaston ­ Sûr que t'es pas la moitié d'un con, Sitbon.

Julie ­ On aurait pu te jouer le même tour qu'à Villeret, tu aurais marché.

Gaston ­ Tu aurais couru, oui. Sauf que dans notre dîner de cons, tu n'aurais jamais pu avoir in extremis le beau rôle, comme Villeret. Tu es vraiment trop con.

Julie ­ Villeret est humain, c'est pour ça qu'il sort gagnant du Dîner de cons.

Dylan ­ Et moi, je suis un chien ?

Gaston ­ Tu es un jeans vivant, Dylan. Va faire du touche-pipi talmudique avec ton rabbi Jacob au lieu de nous vébériser la tête comme tu fais.

Dylan ­ Je vous vébérise la tête, maintenant. Et quoi encore ?

Gaston ­ Tu nous rends chèvres. Tu finiras fugitif, tu finiras au placard. Dans la cage aux folles, tu finiras.

Dylan ­ J'en ai assez. Je ne veux pas être votre jouet.

Gaston ­ Tu as vu tes chaussures, la blanche et la noire ?

Dylan ­ Vous êtes mignons, les tourtereaux. Un dernier mot sur ce Dîner de cons, si vous permettez. L'amour n'est pas le fort de Veber. Seule la mécanique du rire l'intéresse. Il bergsonise à chaque réplique. C'est un vieux schnorrer comme Oury. Ces deux-là auraient été parfaits en danseurs de claquettes homos dans un mélo yiddish d'Edgar George Ulmer.

Gaston ­ Ah oui.

Julie ­ Ah oui.

Dylan ­ Vous voyez qu'on est d'accord sur les comédies à la française de Veber.

Gaston ­ N'exagère pas. Ce n'est pas Versailles quand même.

Julie ­ Veber à Versailles, ce serait d'un drôle.

Gaston et Dylan (ensemble) ­ Oh oui.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog