segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Le jeune homme et la mer.

LOUIS SKORECKI 29 MAI 1995 À 04:40

Ciné Cinéfil, 20h30. «Nazaré», de Manoel Guimaraes.

C'est en 1952 que le cinéaste portugais Manoel Guimaraes réalise Nazaré, un beau film rude qui s'inscrit dans le courant international du néoréalisme. Les deux personnages principaux de ce mélodrame documentaire sont deux frères, Manoel et Tonio, joués sans façons par Virgilio Teixeira et Artur Semedo.

Nazaré est un village tout entier tourné vers la mer. C'est elle qui nourrit ses habitants, marins quand ils sont jeunes, raccommodeurs de filets quand vient l'âge. C'est la mer aussi qui engloutit dans ses flots les équipages surpris par la tempête. Quand le film commence, une procession suit une dépouille, les visages sont creusés par l'émotion. Deux pèlerins évoquent le disparu, Chico, un grand patron de pêche: «On aurait dit que la mer le craignait mais c'est elle qui l'a tué.»

Pendant que hommes et boeufs tirent les bateaux pour les ramener sur la plage, on suit l'histoire de Manoel, un homme courageux qui commande un petit navire, et de Tonio, plus jeune et plus craintif. Tonio part en mer, les marins rament en chantant mais le poisson est rare.

Tonio épouse la belle Maria et suit son frère dans ses expéditions maritimes. La jolie Estrela est amoureuse de lui en secret. Le drame arrive. Tonio connaît la peur lors d'un voyage où la mer est mauvaise. Il délaisse sa femme, passe son temps au café, boit. Puis finit par surmonter son appréhension et repart en mer.

Rediffusions: mardi 30 à 23 h 10, mercredi 31 à 14 h, jeudi 1er juin à 17 h 25, vendredi 2 à 16 h 40.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog