quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Le roman d'un jeune homme pauvre. Ciné Cinéfil, 21h30.

LOUIS SKORECKI 6 DÉCEMBRE 1996 À 03:29

Abel Gance est à la fois célèbre et inconnu. La plupart des gens ne connaissent de lui que la version sonore de son Napoléon. Anticipant sur le cinéma parlant, Gance avait demandé en 1927 à ses acteurs de réciter et de mimer au mieux leur texte, ce que personne ne faisait au temps du muet. Il n'eut plus ensuite qu'à post-synchroniser les dialogues. On sait moins que ce grand inventeur de formes, né en 1889 et mort presque centenaire, n'a cessé de tourner entre 1911 et 1963.

C'est avec la Roue, dont le montage rythmique et poétique l'apparente à Griffith, que Gance devient célèbre dans le monde entier. Son sens du délire contrôlé rappelle aussi Samuel Fuller qui a toujours avoué l'admiration qu'il portait à Un grand amour de Beethoven, un film que l'interprétation d'Harry Baur rend plus démesuré encore. Mais Gance ne peut être, au bout du compte, comparé à personne. Il sait à la fois créer des oeuvres visionnaires au temps du muet et s'adapter aux films de commande du parlant. Obsessionnel, il tourne deux fois J'accuse, un plaidoyer enflammé contre toutes les guerres. Il fait aussi deux versions splendides de son mélodrame préféré, Mater Dolorosa.

Mais les deux chefs-d'oeuvre du maître sont des films méconnus, le Voleur de femmes et la Vénus aveugle (1941) dont le lyrisme et la transparence rappellent Mizoguchi.

En 1935, Gance adapte le Roman d'un jeune homme pau-vre, un livre lacrymal et très populaire d'Octave Feuillet. Pierre Fresnay y joue un aristocrate ruiné qui accepte un poste de régisseur pour payer les études de sa soeur. Il cache son identité aux aristocrates bretons pour lesquels il travaille, mais il est démasqué. Amoureux de la fille du château, jouée sobrement par la tragédienne Marie Bell, on le suspecte de courir après sa dot. De quiproquos héroïques en déclarations enflammées, le film traque les détours inattendus d'une passion mutuelle, souterraine et souveraine, qui défie les lois du hasard et de l'argent.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog