quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«Les Sans-Soucis»: Laurel et Hardy en papas farfelus

03/05/1995 à 05h20

SKORECKI Louis

CINÉ CINÉFIL, 12h25. «Les Sans-Soucis», de Leo Mc Carey (1931).

Laurel et Hardy en papas farfelus Le grand public ne connaît généralement de Laurel et Hardy que leurs films parlants, les géniaux courts métrages muets de Leo McCarey étant très peu diffusés. La caractéristique principale de ces films parlants, c'est qu'ils sont presque toujours montrés dans leurs versions françaises, avec cet accent américain exagéré du doublage. Pour les Sans-Soucis, un parlant de 1931, on peut choisir sa version (Ciné Cinéfil diffuse les deux), l'originale exotique ou la française familière.

C'est un George Marshall débutant qui signe ce mélodrame comique aux effets passablement lourdauds. L'action se passe en 1917 et voit nos deux compères engagés de force dans l'armée. Incapables de suivre la discipline, ils sont de corvée de patates et se font remarquer en renversant une poubelle dans l'antichambre du général. Après un séjour en prison, ils connaissent l'enfer de la guerre dans les tranchées.

Le véritable sujet du film, c'est la tentative de Laurel et Hardy de sauver de l'Assistance publique la petite fille d'un de leurs copains, Eddie Smith, mort au front sous leurs yeux. C'est une adorable gamine jouée par la jolie Jacquie Lyn. Pour retrouver le grand-père Smith, ils font tout l'annuaire, tombent d'abord sur un Noir, champion de boxe, qui met Hardy KO, puis sur un mariage qu'ils manquent de détruire. La petite fille s'amuse comme une folle de ces drôles de parrains rigolos.

C'est à la chance que nos deux maladroits devront de réussir et, après un joyeux cocktail de grimaces et de chutes en tout genre, la petite fille trouvera un grand-père riche et une grand-mère en larmes pour remplacer ses parents d'un jour.

LOUIS SKORECKI

Rediffusions: jeudi 4 à 20h30, vendredi 5 à 18h.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog