quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

L'homme à la carabine. Ciné Cinéfil, 20h30.

LOUIS SKORECKI 27 DÉCEMBRE 1996 À 02:26

Richard Thorpe, l'auteur de l'Homme à la carabine, est mort il y a quatre ans dans l'indifférence quasi générale. Il avait fait plus de cent films et allait avoir 96 ans. Thorpe, dont on a revu le très joli Jailhouse Rock, il y a quelques jours, aura abordé tous les genres, connu tous les succès, goûté tous les échecs. Il faut croire que l'année 1952, celle où il réalise Carabine Williams, lui réussit puisqu'elle le voit signer aussi ses deux films les plus célèbres, Ivanhoé et le Prisonnier de Zenda.

L'Homme à la carabine appartient à un exercice chéri du cinéma américain, la biographie filmée. Avec flash-back à la clé. Quand le fils de Marsh Wil-liams rentre troublé de l'école, son père cherche à savoir ce qui a pu émouvoir autant un gamin de 5 ans. Quand il comprend, il le prend par la main et le conduit dans une prison. Là, il le présente au «capitaine» (Wendell Corey), son meilleur ami, le directeur de la prison. Et le «capitaine» raconte.

Il parle du jeune Marsh Williams, très bien joué par James Stewart, qui se marie contre l'avis de son père et qui, pendant la prohibition, fabrique du corn whiskey de contrebande pour s'acheter une maison. La police découvre les alambics, fusillade, un policier est tué.

Marsh Williams est condamné à trente ans de prison. Obstiné et orgueilleux, il demande à sa femme de se remarier et refuse de répondre à ses lettres. Il agit comme s'il était mort.

Bien qu'il sauve la vie de Wendell Corey, James Stewart va connaître trente jours de mitard. Mais rien ne peut briser cet homme trop fier qui finira quand même par s'adoucir après qu'on l'a autorisé à passer une journée avec sa femme. Il prend soudain un job à l'atelier de mécanique. Demande du papier et un crayon. Dessine un impressionnant modèle de carabine. Il ne lui reste plus alors qu'à construire son fusil révolutionnaire. Grâcié, engagé par Winchester, il devient riche et célèbre. C'est aussi la fin du récit et du flash-back. L'enfant tombe dans les bras de son père. Il a enfin appris à le connaître et à l'aimer.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog