segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Liberté la nuit (2)

LOUIS SKORECKI 4 MAI 2005 À 02:02

CinéCinéma Auteur, 19 heures

Un café des Halles. Deux garçons d'une quarantaine d'années. Ils ont des livres plein les poches.

Il y a qui d'autre dans Liberté la nuit ?

Maurice Garrel. Emmanuelle Riva.

Elle est bien ?

Oui. Comme toujours.

Le film raconte quoi ?

C'est sur les porteurs de valises du FLN. C'est une fiction.

Curieux pour Garrel, non ?

Oui.

C'est bien ?

Très beau. Comme tous les Garrel.

Il y a qui encore ?

Christine Boisson.

Elle est bien ?

C'est un an après son plus beau film, Identification d'une femme.

Tu veux dire qu'elle est bien ?

Elle est superbe. C'est son dernier beau film.

Tu es cruel.

Je dis la vérité. Ça te gêne ?

Non. C'est pour ça que je t'aime.

Enlève ta main de mon épaule.

Pourquoi ?

Ça me gratte.

Tu n'as pas toujours dit ça.

C'est vrai. Tu sais que j'ai gardé Louis Garrel, le petit-fils de Maurice ?

Comment ça, tu l'as gardé ?

Il avait 7 ou 8 ans. Son père tournait les Baisers de secours.

Il était mignon, Louis ?

Comme tous les Louis.

Tu te fous de moi.

Non. Il était très mignon. C'était un Antoine Doinel rebelle, un enfant poétique. Le vrai Doinel, c'est lui.

C'est bien les Baisers de secours ?

C'est le plus beau Garrel.

Pourquoi ?

Il y a Brigitte. Elle est très belle.

Brigitte ?

Brigitte Sy.

C'est qui ?

La mère de Louis.

Elle fait quoi ?

Aujourd'hui ? De la prison.

Tu te fous de moi.

Non.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog