quinta-feira, 10 de setembro de 2015

PARIS PREMIERE, 22h20. «Les Perles de la couronne». Guitry Ier contre Arletty d'Abyssinie.

17/05/1995 à 04h57

SKORECKI Louis


La minirétrospective Guitry, présentée depuis la semaine dernière sur Paris Première, permet de réévaluer un artiste longtemps méprisé mais moderne à sa façon, dont les Perles de la couronne (réalisé en 1937) illustre l'audace singulière. Pour raconter l'histoire de sept perles fabuleuses, le cinéaste multiplie les retours en arrière, les changements d'époque, dans un étourdissant roman d'aventures.

Guitry lui-même, dans un dialogue avec Jacqueline Delubac, nous invite au voyage... Nous sommes soudain en février 1518 et Guitry s'est fait la tête de François Ier. Catherine de Médicis est élevée par son oncle, le pape Clément VII. Pour éloigner Spanelli, un jeune homme qu'il sent trop proche de Catherine, le pape l'envoie en mission autour du monde: il s'agit de ramener cinq perles-poires identiques aux deux que le pape possède déjà.

Spanelli trouve la première perle dans le golfe Persique et la seconde en Chine. La troisième et la quatrième, il se les fait offrir par une cruelle reine d'Abyssinie jouée par l'improbable Arletty. Après avoir trouvé la cinquième perle en Espagne, Spanelli rentre de son expédition.

Pour son mariage avec le dauphin, Catherine de Médicis reçoit le collier de sept perles du pape. Bien plus tard, les perles sont volées et on n'en retrouve que quatre, que la reine Victoria fera monter sur la couronne d'Angleterre. Guitry se met alors en route pour suivre l'histoire des perles à travers les âges.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog