segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Petits Arrangements avec les morts

LOUIS SKORECKI 14 JANVIER 2003 À 21:48

Ciné Cinéma Auteur, 22 h 45.

Pascale Ferran ne fait pas beaucoup de films. Trop exigeante, trop absolue, presque absente. Ce n'est pas pour rien qu'on pense à Salinger ­ et à personne d'autre ­ quand on voit Petits Arrangements avec les morts. Salinger, le beau parleur, l'enfant. Ferran, elle, fait des films de petite fille. Les films de petites filles, c'est presque aussi rare que les films de femmes. Les vrais films de femmes, pas les caricatures de films d'hommes, il doit y en avoir six ou sept, pas plus, depuis l'invention du cinéma. Le plus étrange (on en revoyait des extraits, l'autre jour, sur Arte, dans un portrait de Maya Deren), c'est Meshes of Afternoon. Imaginez une jeune femme à la beauté trop parfaite (Maya Deren elle-même, sorte de Louise Brooks préhippie à couper le souffle), dans un film qui ne ressemblerait à rien, sauf à un Murnau muet qui aurait été tourné à Hollywood, au début des années 40. Autoérotisme, masochisme angélique, narcissisme, autant d'éléments qu'on retrouve (avec la même compulsion à la répétition) dans Film About A Woman Who (Yvonne Rainer), Deux Fois (Jackie Raynal), ou Je, tu, il, elle (Chantal Akerman).

Ferran, ce n'est pas la même chose, mais c'est exactement pareil. Le sable et la mer de Maya Deren, le féminisme rugueux d'Yvonne Rainer, la sauvagerie de Jackie Raynal, la sensualité aquatique de la jeune Akerman, autant de qualificatifs qui collent à la peau de ces Petits Arrangements. La grande différence entre Ferran et les autres, c'est qu'elle ne joue pas dans ses films. Regarder deux fois, quand même. La diseuse de bonne aventure, au premier plan, ce ne serait pas elle, des fois ? La gamine au château de sable, ce n'est pas elle ? Trop tard, le château s'écroule, dévoré par les vagues. Qu'est-ce qu'on va faire, maintenant ? On va se baigner, on va tous se baigner. La gamine fait non de la tête. Si tu savais comme l'eau est froide, maman.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog