segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Police spéciale. Ciné Classics, 15h55.

LOUIS SKORECKI 25 JANVIER 1999 À 23:18

Sur la photo, ils posent. John Ford est à gauche, l'oeil borgne artistiquement dissimulé dans le noir. Samuel Fuller est à droite, cigare encore hollywoodien paresseusement tendu en bandoulière. Ils se tiennent la main. Est-ce qu'ils s'aiment? Ce qui est sûr, c'est qu'ils vivent dans une sorte de Maghreb imaginaire, là où les hommes adorent se tenir par le bout du doigt. Ford, ce jour-là, était de passage sur le plateau de Shock Corridor, le film jumeau de Naked Kiss (Police spéciale). La raison de la visite? Ford appréciait la virilité affichée, plutôt classique, du jeune Fuller. Fuller, lui, n'arrêtait pas de répéter que le Mouchard était l'un de ses films préférés, une source d'inspiration constante. Le vieux Ford adorait ce compliment, le Mouchard était l'un de ses films, l'un de ses rares films dont il était fier. Entre eux, un autre point commun, une femme, Constance Towers, qui illumine de sa beauté sèchement conservatrice Naked Kiss et Shock Corridor. Elle était déjà royale dans le Sergent noir. Fuller ne plaisantait pas quand il portait aux nues le Mouchard. L'expressionnisme hurleur et blafard de ce Ford démodé est à la base du lyrisme tordu de ses meilleurs films. Ford, comme le Gance d'Un amour de Beethoven, anticipe sur l'art fullérien de la grimace postmoderne. Twist and shout, un cinéma du déhanchement obscène, de la danse des corps, de la bouche qui regarde dans les yeux. Amour et abjection, comme dit l'autre. Tout ça pour rappeler vite fait que Fuller est un grand fordien, un cinéaste surgi du muet, un primitif. Sophistiqué, oui, mais primitif. Un grand monsieur qui s'est grillé avec Shock Corridor et Naked Kiss, deux films trop expérimentaux, trop européens. Tout ce qu'il a fait après, c'est du pipi de chat. Naked Kiss est une sublime histoire de pédophilie inquiète. Sous sa perruque, impérialement chauve, impérialement blanche, la grande Constance.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog