segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Ponette

LOUIS SKORECKI 25 NOVEMBRE 2002 À 01:53

Canal + Bleu, 18 heures.

Tu as vu le nouveau Daney chez POL ? C'est sa meilleure période, non ?

Pas qu'un peu. Tu mets bout à bout les papiers du service cinéma de Libération, surtout ceux du début des années 80, et tu as la meilleure revue de cinéma au monde. Il n'y a jamais eu mieux. Ni avant, ni après.

Tu exagères, comme toujours.

Le problème, c'est que cette édition est une aberration. C'est bon pour ceux qui se mouchent en regardant le ciel du cinéma qui se couvre de nuages.

????!!!!!!!??????

Pose une question, une seule, à ceux dont les arrière-grands-parents étaient déjà critiques de cinéma, ceux qui n'ont connu de Daney vivant que le cadavre bien-pensant, et tu verras.

Je verrai quoi ?

Demande-leur quelle est la seule personne vivante qui témoigne encore de Daney vivante. Il n'y en a qu'une. Quand tu leur diras qui, à ces ciné-fils de mes deux, tu les verras s'étrangler d'indignation.

C'est qui ?

Lefort, évidemment.

Gérard Lefort ?

C'est celui par lequel Daney est venu au monde, oui ou non ?

Pas au monde du cinéma en tout cas.

Sans Lefort, Daney ne serait pas plus connu que Le Péron ou Michel Chion. Ils se sont inventé l'un l'autre. De toute façon, il n'y a qu'un monde et Daney n'en est plus.

Tu aimes trop la vie et pas assez le cinéma.

Tu ne vois pas qu'aimer le cinéma, c'est le tuer à petit feu ?

??????!!!!!!!?????

Le film sur lequel Daney aurait été génial, c'est Ponette.

Le Doillon joué par des enfants ?

Je ne dis pas que c'est un chef-d'oeuvre. Ni un navet, d'ailleurs. ça, c'est un débat pour Arrêt sur images, du genre «La télé contamine-t-elle les neurones de ma bibliothèque en merisier ?»

C'est quoi alors, Ponette ?

Justement, on ne sait pas.

Et alors ?

Un objet cinématographique non identifié, c'est ce qui permet de commencer à identifier le cinéma.

Il faut identifier le cinéma ?

Il y a intérêt.

(A suivre)

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog