quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Quelque Part dans la nuit. Ciné Cinéfil. 22h.

LOUIS SKORECKI 11 NOVEMBRE 1996 À 01:46

Après avoir été correspondant de presse à Berlin, le jeune Mankiewicz traduit les sous-titres des films allemands de l'UFA. C'est son frère Herman qui le fait venir à Hollywood. D'abord scénariste pour Paramount et Fox, il remplace Lubitsch sur Dragonwyck en 1946. Ce sera son premier film, un chef-d'oeuvre de fantaisie et d'onirisme dédié à la beauté de Gene Tierney. Mankiewicz la retrouve en 1947 pour un film encore plus beau, l'Aventure de madame Muir, qui célèbre les amours impossibles d'une jeune femme et d'un fantôme. Il y invente un style unique où les acteurs chantent presque leurs dialogues avec un lyrisme inédit au cinéma.

Sorte de Sacha Guitry hollywoodien, Mankiewicz est un féroce spectateur des passions humaines qu'il décrit avec vivacité et ironie dans Chaînes conjugales en 1949. Il traite avec élégance et cynisme du monde du spectacle dans deux films virtuoses, Eve et la Comtesse aux pieds nus devenus célèbres pour les performances de Bette Davis et d'Ava Gardner. Mankiewicz est un grand cinéaste qui aime ses personnages (People Will Talk) et sait en rire dans la dérision (Five Fingers). Il adapte Shakespeare pour Marlon Brando (Jules César) et lui offre ensuite une curieuse comédie musicale, Guys and Dolls. Après deux films magnifiques et fiévreux (Un américain bien tranquille et Soudain l'été dernier) il sera brisé par l'échec public de Cléopâtre et ne retrouvera plus jamais son panache dans les films qui suivront.

Quelque part dans la nuit est, en 1946, le deuxième film de Mankiewicz. Moins accompli que Dragonwyck, ce curieux thriller raconte l'histoire d'un amnésique. Blessé pendant la guerre, George Taylor (John Hodiak) part à la recherche de son passé. Un nom, celui d'un certain Larry Cravat, l'entraîne dans une succession compliquée de coups de théâtre. Il tombe amoureux sans le vouloir, se heurte à des truands, recherche deux millions de dollars planqués par les nazis, erre sur les quais dans une lumière glauque et devra prouver qu'il n'est pas un assassin.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog